les consignes du gouvernement pour voter « sans danger »


Des élections municipales pas comme les autres. En pleine crise du coronavirus, la question se pose : comment voter sans risquer de contaminer ou de l’être ? Pour rassurer les électeurs et éviter que l’épidémie ne se propage davantage, le ministère de l’Intérieur a rendu publique ce mardi 10 mars une circulaire envoyée aux maires détaillant les mesures de précaution à prendre lors du scrutin des municipales face au coronavirus.

Coronavirus : 1 784 personnes contaminées en France et 33 décès

Ce document énumère précisément les mesures d’hygiène et d’aménagement des bureaux de vote, décrites par le ministère comme « rigoureuses et protectrices » pour les 15 et 22 mars. Selon Christophe Castaner, « voter est sans danger ».

Les « situations de promiscuité prolongée » doivent être limitées, souligne la place Beauvau qui préconise notamment, dans les bureaux de vote, un marquage au sol destiné à maintenir « une distance suffisante » d’environ un mètre entre électeurs, à chaque étape du vote. Les files d’attente à l’extérieur du bureau doivent être évitées.

Le nettoyage des lieux où se déroule le scrutin fait l’objet d’un vademecum détaillé : lavage du bureau avant et après le vote, des tables, des isoloirs et des urnes plusieurs fois par jour. Il est également recommandé d’aérer les locaux à plusieurs reprises dans la journée. Un point de lavage des mains ou à défaut du gel hydro-alcoolique doit être mis à disposition à l’entrée et à la sortie du bureau de vote.

Personnes à risques, mortalité… pourquoi il ne faut pas s’affoler face à l’épidémie (sans la sous-estimer)

Aux membres des bureaux de vote, il est demandé de se laver les mains plusieurs fois par jour et de privilégier le contrôle visuel des pièces d’identité ou de la carte électorale. Le contact physique avec les électeurs doit être évité.

Aux électeurs, il est également demandé de limiter les contacts avec les autres personnes présentes dans le bureau et de se laver les mains avant et après le vote.

« Il ne peut être refusé toutefois le droit de voter à des électeurs qui refuseraient de se laver les mains au risque de porter atteinte à la sincérité du scrutin », prévient la place Beauvau.

  • Ne touchez pas aux rideaux

L’isoloir doit être positionné de manière à ce que les électeurs ne soient pas obligés de tirer le rideau pour garantir le secret de leur vote, par exemple, en les disposant de telle sorte que leur entrée soit face à un mur.

Les électeurs pourront apporter leur propre stylo à encre bleue ou noire pour émarger. Pas question que les assesseurs se substituent aux votants pour signer à leur place, prévient le ministère de l’Intérieur. Pour les machines à voter, il est recommandé de nettoyer les parties en contact avec les électeurs toutes les 30 minutes.

  • Ne vous cachez pas derrière un masque

Il n’y a aucune recommandation faite aux membres du bureau de vote de revêtir un masque mais pour l’électeur qui en serait porteur, se pose la question de la vérification de son identité.

Des dizaines de meetings annulés dans plusieurs villes de France à cause du coronavirus

Si le masque n’empêche pas la vérification, « il n’est pas tenu de l’enlever », précise Beauvau. Dans le cas contraire, les membres du bureau sont fondés à lui demander de l’ôter « momentanément, faute de quoi l’électeur ne sera pas autorisé à voter ».

  • Encore une fois : lavez-vous les mains

Le port de gants n’est pas recommandé sur le plan sanitaire mais le lavage des mains doit être assuré régulièrement. Si le dépouillement demeure public, il sera demandé aux électeurs ou aux délégués des candidats de se maintenir à une distance « adaptée ».

Le ministère de l’Intérieur prévoit le cas où un électeur présenterait les symptômes du coronavirus. Si celui-ci est « manifestement malade » mais a pris toutes les mesures de protection comme le port du masque ou le lavage des mains, le président ne peut s’opposer au vote. Si tel n’était pas le cas, il peut le mettre à l’écart et contacter le Samu.

Dans une circulaire aux préfets, Beauvau rappelle que si un maire se trouve « dans l’incapacité ou refuserait de constituer des bureaux de vote dans sa commune, les préfets sont en droit de se substituer à eux, après mise en demeure, pour désigner des délégués chargés de superviser les opérations de vote ».

Coronavirus : « Tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes sont désormais interdits »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire