VIDEO. Papa a tué maman



« Je parle à personne. Je me renferme sur moi-même. Le problème, c’est que ça me détruit, peu à peu. Sauf que personne ne le remarque… » Mathieu a perdu sa mère à 12 ans. C’était en 2013. Elle a été poignardée et étranglée par son beau-père. Son demi-frère, lui, « essaie de noyer la tristesse » en travaillant bien à l’école. Aujourd’hui adolescent, Paul tient à garder des liens avec ce père qui purge en prison une peine de vingt-trois ans.

Cynthia, elle, avait 16 ans quand son père a tué sa mère. « Je n’ai même plus l’impression de vivre. J’essaie de survivre », confie aujourd’hui cette jeune maman de 24 ans. C’est sa sœur aînée, seule majeure de la fratrie de cinq enfants, qui a dû, en plein deuil, prendre les rênes de ce qui restait de leur famille…  

Les oubliés des féminicides

C’est un document exceptionnel que « Complément d’enquête » diffuse le 5 mars 2020. Comment grandissent ces gamins dont « papa a tué maman » ? Ce sont les grands oubliés des féminicides. Ils sont plusieurs dizaines chaque année, au destin brisé. Quel lien conserver avec ce père emprisonné, désormais seul parent ? Comment se reconstruire quand grands-parents maternels et paternels se haïssent ?

Un reportage de Nathalie Sapena diffusé dans « Complément d’enquête » le 5 mars 2020.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire