Pics, poteaux, grilles… La Fondation Abbé Pierre décerne ses « Pics d’Or » aux pires dispositifs anti-SDF


La fondation pointe, à travers cette cérémonie, les dispositifs « indignes » qui empêchent les personnes sans-domicile de s’installer ou de s’abriter dans la rue.

La Fondation Abbé Pierre a remis, lundi 2 mars au Théâtre de l’Atelier à Paris, les « Pics d’Or » aux dispositifs urbains anti-SDF. Cette cérémonie, dont c’est la deuxième édition cette année, récompense satiriquement les pires d’entre eux. Les prix « Fallait oser », « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » ou encore « Bouge de là » ont été remis notamment par Guillaume Meurice, Blanche Gardin, et d’autres personnalités.

La Fondation Abbé Pierre a ainsi primé des innovations en termes de mobilier urbain public ou privé (grilles, pics, roches, poteaux…), mais aussi les mesures administratives (arrêtés anti-mendicité, anti-bivouac, anti-glanage) « empêchant, intentionnellement ou non, les personnes sans domicile de s’asseoir ou de s’allonger dans la rue, affirme la fondation dans un communiqué. En aucun cas, la Fondation ne défend la vie à la rue mais elle dénonce ce que l’on en a fait : un lieu toujours plus hostile et dangereux pour les personnes qui y sont astreintes. »

Cette année, pas moins de 24 dispositifs étaient nommés dans six catégories, du dispositif « le plus décomplexé » au dispositif « le plus fourbe ». À Lyon, des rails installés sur un banc, rue Crillon, remportent le prix du « dispositif le plus décomplexé » dans la catégorie « Fallait oser ».

Le prix « Faites ce que je dis pas ce que je fais », pour le « dispositif le plus contradictoire », a été décerné à « Esprit de famille ». Ce surnom a été attribué aux pics en fer installés devant l’agence de la Mutuelle de l’Enfant et de la Famille (MAE) à Toulon. Parmi les autres dispositifs qui étaient nommés dans cette catégorie figuraient également des grilles métalliques installées sur les rebords des devantures des commerces à Paris ou à Marseille pour empêcher les personnes sans-abri de s’asseoir ou de s’allonger.

Les dispositifs anti-SDF nommés dans la catégorie « Faites ce que je dis pas ce que je fais ». (FONDATION ABBE PIERRE)

Le prix du « dispositif le plus fourbe » dans la catégorie « Ni vu ni connu » a été décerné aux grilles installées devant l’entrée d’un immeuble à Lille. Etait nommé dans la catégorie les « coups de crampons », ou sortes de clous installés devant la devanture d’un magasin dans le 8e arrondissement de Paris.

Enfin, le prix dans la catégorie « le Clou » pour le dispositif « le plus agressif » a été décerné aux « champignons de Paris ». Ces piquets en métal ont été installés devant l’entrée d’un immeuble, dans le 10e arrondissement de la capitale.

Les dispositifs anti-SDF nommés dans la catégorie "Le Clou", qui récompense le dispositif le plus agressif.
Les dispositifs anti-SDF nommés dans la catégorie « Le Clou », qui récompense le dispositif le plus agressif. (FONDATION ABBE PIERRE)

En décembre 2017, la Fondation Abbé Pierre a lancé la plateforme « Soyons humains », un site collaboratif et citoyen. Les internautes peuvent y contribuer en postant une photo de mobilier urbain anti-SDF sur le réseau social Twitter. Alimentée régulièrement, elle recense actuellement 445 dispositifs à travers la France. Ce n’est qu’en février 2019 que la fondation décide de lancer la cérémonie des « Pics d’Or », et un jury d’experts a désigné les nommés dans chaque catégorie.

La cérémonie, qui a pour but de sensibiliser l’opinion publique sur le sujet, permet de faire prendre conscience aux collectivités et à l’Etat des dispositifs mis en place. La Fondation espère « rappeler que la collectivité tout entière a le devoir de respecter la dignité des personnes sans-abri ». Elle souhaite aussi faire prendre conscience aux Français « qu’il faut traiter le problème du sans-abrisme plutôt que le déplacer. »



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire