Rachida Dati dépasse Anne Hidalgo dans un sondage et affiche sa « détermination »


Rachida Dati (LR) arrive en tête des intentions de vote au premier tour des municipales à Paris (25%), suivie de la maire sortante PS Anne Hidalgo (24%) et de l’ex-ministre LREM de la Santé Agnès Buzyn (20%), selon un sondage Ifop-Fiducial paru ce dimanche 1er mars dans le « JDD ».

Dans cette étude pour le Journal du dimanche et Sud Radio*, le candidat EELV David Belliard est crédité de 11%, le marcheur dissident Cédric Villani de 8% et l’insoumise Danielle Simonnet de 5%.Hidalgo, Buzyn, Dati : la guerre des trois pour Paris

Lors du précédent sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio paru le 23 février, Anne Hidalgo arrivait en tête avec 24% suivie de Rachida Dati (22%) et d’Agnès Buzyn (19%). David Belliard était à 12%, Cédric Villani à 9% et Danielle Simonnet à 6%. Dans la dernière enquête, 73% des sondés disent être sûrs de leur choix contre seulement 68% dans la précédente.

Pour le second tour, dans l’hypothèse d’une quadrangulaire, une liste d’union entre Anne Hidalgo et l’écologiste David Belliard arriverait en tête avec 37% des suffrages, devant la liste Dati (32%), la liste Buzyn (22%) et la liste Villani (9%).

En cas de triangulaire, la liste Hidalgo-Belliard accentuerait son avance avec 39% des suffrages devant la liste Dati (33%) tandis qu’une liste d’union Buzyn-Villani recueillerait (28%).

« On nettoie, on met des caméras »

« Je suis déterminée, la seule alternative à Mme Hidalgo et à son bilan désastreux, c’est nous », a affirmé Rachida Dati sur BFM. L’ancienne Garde des sceaux a martelé les deux piliers de son programme pour la capitale : « propreté et sécurité ». A deux semaines du scrutin, elle collectionne les soutiens de poids, comme Xavier Bertrand et François Baroin qui se sont affichés à ses côtés lors de sa campagne. Le 9 mars, c’est Nicolas Sarkozy qui doit assister à son unique meeting de campagne.

« Ceux qui disent : on a perdu [car] on manque d’alliance. Non, on a perdu aussi à cause de nous », a-t-elle dit à propos des échecs successifs de la droite à remporter l’Hôtel de Ville depuis 2001.

Interrogée sur une possible « main tendue » à Agnès Buzyn dans l’entre deux tours, Rachida Dati a indiqué qu’elle se prononcerait au soir du premier tour. Elle a rappelé sa promesse d’« une aide aux familles de 1.200 euros à chaque nouvel enfant, pendant trois ans », pour les aider à rester vivre à Paris.

Sur le logement, un des thèmes principaux de la campagne à Paris, où les prix battent des records, Mme Dati a dit qu’« à moyen ou long terme » elle mettrait fin à l’encadrement des loyers. Elle a également soumis l’idée d’un « fonds de soutien » pour aider les parents récemment divorcés sur la question de leur résidence.

Inspirée par le « Central Park » du maire de New York, de 1994 à 2001, Rudy Giuliani, la candidate a donné son programme pour les bois de Vincennes et de Boulogne : « On nettoie, on met des caméras, deux antennes de police dédiées ».

*Enquête réalisée en ligne du 25 au 28 février auprès de 946 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire