Adnan croit au come-back de l'Irak



  • L’Irak a le vent en poupe dans les qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde 2022
  • L’équipe enchaîne les succès, notamment contre la RI Iran, malgré une situation difficile
  • Ali Adnan dresse le bilan de la campagne en cours

Ali Adnan n’était pas né quand l’Irak a fait sa dernière apparition en Coupe du Monde de la FIFA™. En revanche, il a suivi avec enthousiasme le triomphe des Lions de Mésopotamie en finale de la Coupe d’Asie de l’AFC 2007.

« J’avais 13 ans. Je me souviens d’avoir dansé dans les rues avec mes amis jusqu’au petit matin », raconte-t-il à FIFA.com. « Tout le monde sait que la vie est dure pour les Irakiens. À cette époque, les gens avaient peur de sortir la nuit. Mais quand nous avons gagné la Coupe d’Asie, le peuple a envahi les rues. Ce succès nous a permis de nous rapprocher les uns des autres. Ça représente énormément. Aujourd’hui encore, les gens parlent souvent de cette équipe. »

L’équipe nationale, dont il est désormais l’un des piliers, semble bien partie pour conquérir à nouveau le cœur de ses supporters, en devenant la seconde sélection irakienne – la première depuis 36 ans – à se qualifier pour une Coupe du Monde. Après cinq journées (sur huit), l’Irak est invaincu et pointe à la première place de son groupe au deuxième tour des qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™.

Les Lions de Mésopotamie comptent cinq points d’avance sur la RI Iran, avec toutefois un match de plus. « Tout se déroule au mieux », estime l’arrière gauche des Vancouver Whitecaps, en MLS. « Collectivement, nous vivons de belles choses. Il ne reste plus que trois matches à disputer. J’espère qu’à ce moment-là, nous aurons fait un pas supplémentaire vers la Coupe du Monde. L’Irak ne s’est qualifié qu’une fois, en 1986. Ça commence à dater. Mais notre heure est venue. Nous avons tout ce qu’il faut pour réussir cet exploit et être du voyage au Qatar. »

Ali Adnan in action for Iraq.

Les derniers matches de l’Irak dans le Groupe C

  • 31 mars contre Hongkong (Extérieur)
  • 4 juin contre le Cambodge (Domicile)
  • 9 juin contre la RI Iran (Extérieur)

Iraq's defender Ali Adnan celebrates after scoring a goal

Un succès crucial et un souhait local

Pour les Irakiens, le temps fort de ces préliminaires reste la victoire (2-1) sur la RI Iran en novembre dernier, face à un voisin et rival de longue date. « À chaque fois que j’enfile ce maillot, je me demande ce que je peux faire pour donner un peu de bonheur à mes concitoyens. Après la victoire sur l’Iran, j’étais sur un petit nuage », assure-t-il. « Je fais partie de cette équipe depuis longtemps maintenant et, pour moi, ça reste un sentiment à part. Ça n’a rien à voir avec ce qu’on éprouve en club. On se sent poussé par la passion de millions de personnes qui veulent nous voir gagner. C’est un sentiment unique. »

La victoire sur la RI Iran, qui compte pourtant parmi les habitués de la Coupe du Monde, est d’autant plus remarquable que l’équipe nationale reste confrontée à d’énormes difficultés, dont l’impossibilité d’organiser des rencontres sur le sol irakien. À ce jour, les Lions de Mésopotamie n’ont pu se produire qu’une fois devant leur public. Leurs autres matches ont eu lieu à Amman, en Jordanie.

Le succès (2-0) sur Hongkong à Basra a donc suscité de vives émotions pour la première sortie de la sélection sur le sol national depuis huit ans. Adnan espère voir la situation s’améliorer à l’avenir. « Si nous pouvions jouer à domicile, nous serions en Coupe du Monde tous les quatre ans, j’en suis sûr », insiste-t-il. « C’est plus motivant d’évoluer à domicile devant ses compatriotes et sa famille. J’espère qu’à l’avenir, nous aurons encore souvent l’occasion de jouer chez nous, et que nous continuerons à donner beaucoup de bonheur à nos supporters. »

Vancouver Whitecaps defender Ali Adnan (53) poses for a selfie with Iraqi fans during their match at BC Place on May 15, 2019 in Vancouver, Canada. 

Le saviez-vous ?

Adnan vient d’une famille de footballeurs. Son père, Adnan Kadhim, a représenté l’Irak dans le Championnat du Monde Juniors de la FIFA 1977, ancêtre de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA. C’est donc avec une immense fierté qu’Ali a, à son tour, pris part au même tournoi, en 2013. Son oncle aujourd’hui disparu, Ali Kadhim, est l’un des plus grands attaquants de l’histoire du football irakien. Il a un temps détenu le record du nombre de buts en sélection. « Ils m’ont beaucoup aidé », reconnaît Ali. « Mais ils étaient tous les deux attaquants. Je suis un peu l’intrus de la famille, puisque je joue en défense ! », rigole-t-il.



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire