Le salaire minimum en Europe


Carte et comparatif


17.02.2020

Sur 27 États membres, 21 disposent d’une législation nationale qui établit un salaire minimum. Les six autres pays ont fixé un salaire minimum par branches ou prévoient que les salaires minimums soient déterminés par négociation entre les partenaires sociaux.

Le salaire minimum varie fortement au sein des Etats membres en ayant instauré un : de 312 euros mensuels brut en Bulgarie à 2 142 euros au Luxembourg (chiffres Eurostat du 1er semestre 2020).

Avec un salaire minimum mensuel brut de 1 539 euros, la France se situe à la sixième place des pays imposant le minima le plus élevé, derrière le Luxembourg, l’Irlande (1 656 euros), les Pays-Bas (1 636 euros), la Belgique (1 594 euros) et l’Allemagne (1 584 euros).

Trois groupes peuvent être distingués :

  • Les salaires minimums les plus bas, inférieurs à 500 euros par mois (Bulgarie, Lettonie, Roumanie et Hongrie) ;
  • Les salaires minimums compris entre 500 et 1 000 euros par mois (Croatie, République tchèque, Slovaquie, Estonie, Lituanie, Pologne, Portugal, Grèce, Malte et Slovénie) ;
  • Les plus hauts salaires minimums, supérieurs à 1 000 euros par mois (Espagne, France, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Irlande et Luxembourg).

Les six autres Etats membres (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie et Suède) ont fixé un salaire minimum par branches ou prévoient que les salaires minimums soient déterminés par négociation entre les partenaires sociaux.

L’Allemagne a mis en place un salaire minimum de 1 440 euros mensuels brut le 1er janvier 2015. Jusqu’en 2020, celui-ci a progressé de 144 euros.

Au 1er janvier 2019, plusieurs autres pays ont également revalorisé leur salaire minimum, en général pour tenir compte de l’inflation (revalorisation automatique). En France, le SMIC a ainsi progressé de 1,2 %.

L’Espagne, de son côté, a effectué une spectaculaire hausse du salaire minimum de 22 % en 2019. Mesure budgétaire phare du premier gouvernement de Pedro Sánchez, il s’est agi de la plus forte progression depuis 1977, portant le salaire minimum de 859 euros fin 2018 à 1050 euros brut mensuels l’année suivante.

La comparaison en pouvoir d’achat

Une autre manière de comparer les niveaux de salaire en Europe consiste à utiliser les standards de pouvoir d’achat, qui mettent en perspective les salaires en fonction des prix des biens et des services. Ces derniers ne sont en effet pas les mêmes d’un pays à l’autre. Un salarié qui vit avec 800 euros en Bulgarie aura un pouvoir d’achat nettement supérieur à un travailleur qui toucherait le même salaire en France.

D’après les données disponibles d’Eurostat (2018), on observe ainsi que le revenu disponible brut ajusté par habitant est nettement supérieur en Allemagne (deuxième au classement) qu’en Irlande. Cette dernière n’arrive qu’à la onzième place alors que son salaire minimum est le plus élevé d’Europe après celui du Luxembourg.

Cet « indicateur reflète le pouvoir d’achat des ménages et leur capacité à investir dans des biens et des services », explique Eurostat, qui précise qu’il tient également compte « des impôts, des cotisations sociales et des prestations sociales en nature monétaire ».

Cette méthode confirme la fracture bien réelle entre les pays de l’Ouest et les pays de l’Est, où les habitants ont un pouvoir d’achat moins élevé en moyenne, même si les produits y coûtent moins cher.

 

Revenu disponible brut ajusté des ménages par personne (Eurostat 2018)
(unité : Standard de pouvoir d’achat (SPA) par habitant)

 

 



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire