[À l’origine] Le salon de l’Agriculture, un héritage du XIXe siècle


Publié le 22 février 2020

Devenu un rendez-vous incontournable des femmes et hommes politiques, le Salon de l’Agriculture a été créé en 1964 sous la présidence du Général de Gaulle par le ministre Édgard Pisani. Mais son origine est bien plus lointaine. Le Salon est l’héritage des concours « des animaux gras » de 1844 dont le rôle politique était déjà souligné. 

Samedi 22 février, la plus grande ferme de France a ouvert une nouvelle fois ouvert ses portes à Paris. Le Salon de l’Agriculture, qui a accueilli l’année dernière plus de 630 000 personnes Porte de Versailles, fête sa 57e édition. C’est en 1964 qu’il est lancé sous la présidence du Général de Gaulle par le ministre de l’Agriculture de l’époque, Édgard Pisani. Mais le Salon trouve son origine au XIXe siècle. 

Il est en effet l’héritier du Concours Général Agricole créé à Paris en 1870. Lui-même s’inscrit dans la lignée des concours « des animaux gras » ou des « animaux de boucherie », inauguré en 1844 à Poissy dans les Yvelines. Il devient très vite un rendez-vous incontournable pour les femmes et hommes politiques. Le journal La Croix a ainsi déniché le compte rendu du concours national d’animaux gras organisé, pour la première fois à Paris en 1854, en présence de Napoléon III. Le rôle politique est déjà mis en évidence. 

 

Source Gallica : Société d’agriculture, sciences et arts de Meaux, Rapport sur le concours-général d’animaux reproducteurs, instruments et produits agricoles, tenu à Paris, au Champ-de-Mars en 1854. 

C’est sans aucun doute Jacques Chirac qui marquera le plus le Salon de l’Agriculture en s’y rendant traditionnellement. Tape sur la croupe des vaches, pintes de bières et rondelles de saucissons, le président corrézien, ancien ministre de l’Agriculture, avait tissé un lien particulier avec le monde agricole. Ce lien perdurera même après son départ de l’Élysée comme le montre cette vidéo de l’INA.   

 

Si d’autres, comme François Mitterrand ou Nicolas Sarkozy, voyaient dans cette visite une contrainte, c’est Emmanuel Macron qui détiendra le record avec quatorze heures passées au Salon en 2019. Cette année, il a décidé de s’y rendre sans « record à battre ». 

Marina Fabre, @fabre_marina





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire