Piotr Pavlenski, à l’origine de la vidéo de Griveaux, serait recherché par la police pour violences


Piotr Pavlenski, « artiste politique » selon sa propre définition, à l’origine de la diffusion de vidéos intimes qui a poussé Benjamin Griveaux à abandonner sa campagne pour la mairie de Paris, est recherché par la police depuis janvier, rapporte Mediapart.

Lors d’une fête privée dans un appartement du boulevard Saint-Germain à Paris, organisée par l’avocat et essayiste Juan Branco, Pavlenski aurait blessé deux personnes pendant une rixe, armé d’un couteau. Il nie quant à lui avoir utilisé cette arme – dont il admet s’être saisi – et affirme que les deux personnes blessées « ont organisé une collaboration avec la police contre moi ».

Il serait parti avant l’arrivée de la police, qui a publié une fiche de recherche à son encontre.Qui est Piotr Pavlenski, l’artiste qui a diffusé la vidéo privée de Benjamin Griveaux ?

Mediapart indique qu’avant de se réfugier en France en janvier 2017, avec sa femme et leurs enfants – il a obtenu l’asile politique -, le trublion russe avait été accusé de violences sexuelles en réunion contre une jeune actrice en décembre 2016. Un coup monté des services russes selon lui, mais l’accusation est prise au sérieux par des défenseurs des droits de l’Homme à Moscou, indique Mediapart.

Le site souligne que dans le cas de l’affaire Griveaux, Pavlenski l’avait « ciblé » depuis plusieurs mois déjà: « Le site internet ’pornopolitique.com’ sur lequel il a diffusé jeudi les extraits de vidéos privées a été enregistré à l’étranger il y a près de quatre mois, le 23 novembre 2019. »

Pavlenski s’est fait connaître en défiant régulièrement les autorités russes: il a notamment arrosé d’essence et incendié les portes du siège de l’ex-KGB à Moscou.

En 2012, il s’était cousu les lèvres en soutien aux Pussy Riot, un groupe de jeunes femmes condamnées en Russie à deux ans de camp pour avoir « profané » la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou au cours d’une « prière punk » qui critiquait ouvertement le président Vladimir Poutine.

En juin 2016, Pavlenski, qui se revendique de « l’art politique », avait fait sept mois de détention puis avait été condamné à une amende pour avoir « endommagé » la Loubianka, siège historique des services de sécurité russes.

En France, Piotr Pavlenski a été condamné en janvier 2019 à trois ans de prison, dont 2 ans avec sursis, pour avoir incendié la façade d’une succursale de la Banque de France dans la capitale en octobre 2017.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire