Test DVD : Donne-moi des ailes


Donne-moi des ailes


France, Norvège : 2019
Titre original : –
Réalisation : Nicolas Vanier
Scénario : Christian Moullec, Matthieu Petit, Nicolas Vanier, Lilou Fogli
Interprètes : Louis Vazquez, Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey
Éditeur : M6 Vidéo
Durée : 1h48
Genre : Aventure, famille
Date de sortie cinéma : 9 octobre 2019
Date de sortie DVD : 12 février 2020

Christian, scientifique visionnaire, étudie les oies sauvages. Pour son fils, adolescent obnubilé par les jeux vidéos, l’idée de passer des vacances avec son père en pleine nature est un cauchemar. Pourtant, père et fils vont se rapprocher autour d’un projet fou : sauver une espèce en voie de disparition, grâce à l’ULM de Christian ! Commence alors un incroyable et périlleux voyage…

Le film

[4/5]

Ornithologue installé en Camargue, Christian Le Tallec est convaincu d’avoir trouvé le moyen de sauver une espèce en voie de disparition, celle des oies naines. Comme cette disparition est due pour beaucoup au trajet qu’elles effectuent depuis des générations lors de leurs migrations, trajet comportant aujourd’hui de très nombreux pièges pour ces animaux, aéroports, lignes électriques, chasseurs, pollution lumineuse des villes, son idée consiste à leur faire emprunter un itinéraire migratoire beaucoup plus sûr. Comment ? En tirant partie du phénomène de l’imprégnation qui fait que des oisillons considèrent comme étant leur mère le premier objet en mouvement qu’ils aperçoivent lorsqu’ils sortent de l’œuf. Une fois cet attachement obtenu, il suffirait, pour Christian, de partir dans son vieux combi VW vers l’arctique Norvégienne avec une dizaine de jeunes oies et d’espérer qu’elles reviennent vers la Camargue en suivant en vol un ULM spécialement aménagé, tout au long de l’itinéraire qu’il a concocté.  Un itinéraire que les oies concernées garderaient en mémoire à jamais !

Pour pouvoir tenter l’expérience, une obligation : partir en Norvège avec un document portant le tampon et la signature du Directeur du Muséum d’histoire naturelle, document exigé par les autorités norvégiennes.  Que faire lorsque ce Directeur s’avère particulièrement obtus et refuse de délivrer ce document ? Que faire, également, lorsque Paola, votre ex, vous demande d’accueillir Thomas, votre fils, pour quelques semaines de vacances, un fils de 14 ans dont une bonne partie de l’existence se passe sur les réseaux sociaux et qui, à son arrivée, n’apprécie guère l’absence de réseau et de wifi chez son père ?


Donne moi des ailes est inspiré par l’histoire de Christian Moullec, météorologiste de formation et passionné d’ornithologie, devenu un pionnier du vol en ULM avec des oiseaux. C’est en 1999 qu’il a mis en œuvre son projet de migration en ULM avec de jeunes oies naines guidées depuis le nord de la Suède vers des zones d’hivernage plus sûres. On est d’accord : dans le scénario du film, à l’écriture duquel Christian Moullec a d’ailleurs participé, de nombreuses libertés ont été prises par rapport à la réalité des faits. C’est ainsi que, dans la réalité, le vol s’est déroulé entre la Suède et l’Allemagne, et non entre la Norvège et la Camargue, les zones d’accueil hivernal privilégiées actuelles étant d’ailleurs le parc national d’Hortobágy en Hongrie ou les prairies côtières de Matsalu en Estonie. Qu’importe ! Ce qui compte ici, c’est le résultat, recherché et obtenu, car, comme le dit Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et soutien du film : « Le film a ceci d’extraordinaire qu’il invite à l’engagement. Au fond, c’est l’histoire d’un gamin qui ne va pas rester indifférent face à une espèce menacée, et qui se dit à sa manière : Comment je peux agir ?». Il y a en effet une autre liberté prise par rapport à la réalité des faits : l’implication particulièrement importante de Thomas, le fils de Christian et Paola (à noter que les véritables prénoms du couple Moullec ont eux été conservés), dans l’épopée aérienne. Un « gamin » qui, par sa métamorphose au contact des oisillons et par son action, permet aux enfants et aux adolescent.e.s de se sentir encore plus impliqué.e.s dans tout ce qui touche à la sauvegarde des espèces menacées.  

Donne moi des ailes bénéficie d’une très bonne distribution avec Jean-Paul Rouve, très à l’aise dans le rôle de Christian, scientifique totalement investi dans son travail au point de ne pas hésiter à tricher face à des règles administratives qu’il juge trop rigides et de ne retrouver sa fibre paternelle que par la force des choses, et Mélanie Doutey, dans le rôle de Paola, débordant elle d’amour maternel. Plus, bien sûr, Louis Vazquez, l’interprète de Thomas, qui a la lourde tâche de passer du rôle d’ado accro au smartphone et aux réseaux sociaux à celui de protecteur d’un oisillon et de pilote d’ULM. Plus, une belle galerie de seconds rôles avec Frédéric Saurel, Philippe Magnan, Dominique Pinon, Lilou Fogli et Grégori Baquet. Quant aux magnifiques images de la nature vue du ciel et des oiseaux en vol, on les doit à Eric Guichard, un Directeur de la photographie chevronné, et à son équipe, tous tirant le maximum de profit des progrès techniques, drones, caméras, etc…

Le DVD

[4/5]

On ne peut que se réjouir de l’excellent  travail effectué par M6 Vidéo en ce qui concerne le transfert sur DVD, ce qui permet de se régaler aux images des oies naines prises en vol ainsi qu’à celles des paysages de Norvège. Les choix offerts pour visionner le film sont des plus classiques : choix entre 5.1, 2.0 et audiodescription ; choix entre présence ou absence de sous-titres pour sourds et malentendants.

3 suppléments sont proposés sur ce DVD. Le plus intéressant dure 20 minutes. Ayant pour titre « Making Of », il nous fait rencontrer le réalisateur, les 3 interprètes principaux, Louis Vazquez, Jean-Paul Rouve et Mélanie Doutey, Lilou Fogli, coscénariste et interprète d’une journaliste qui s’intéresse à l’expérience tentée par Christian, Muriel Bec, dresseuse des animaux qu’on voit dans le film, et Christian Moullec, le passionné d’ornithologie, le vrai Christian. Le deuxième supplément dure 7 minutes et propose 8 scènes coupées ou données dans leur intégralité. Quant au 3ème, intitulé « les coulisses du film avec DJI », il permet à Eric Guichard, le Directeur de la photographie, de fournir quelques éléments sur l’apport du matériel DJI, avec les drones et les stabilisateurs Ronin 2 pour caméra.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire