Marion Maréchal ne sera pas candidate à la présidentielle (en 2022)


Pour l’instant, c’est non. Marion Maréchal a voulu couper court aux rumeurs en annonçant mardi 1er octobre qu’elle n’avait « pas l’intention d’être candidate à la présidentielle de 2022 », alors que les discussions sur son éventuel retour en politique vont bon train.

L’ancienne députée du Vaucluse a souhaité faire cette « clarification » après la « convention de la droite », organisée samedi à Paris. « Je me suis associée à une démarche qui me paraît nécessaire : réfléchir, dialoguer, casser les digues partisanes. Pour autant, je n’ai pas l’intention d’être candidate à la présidentielle de 2022 », a déclaré la nièce de Marine Le Pen.

Ils sont pourtant nombreux, à droite et à l’extrême droite, à déjà l’imaginer reprendre le flambeau de sa tante. Ou peut-être même lui faire concurrence. Si elle est officiellement retirée de la vie politique depuis 2017, Marion Maréchal a estimé que la déroute des Républicains aux élections européennes était une « opportunité » pour « ancrer dans un avenir commun » droite et extrême droite.

Marion Maréchal et Eric Zemmour : les secrets d’une idylle

Marine Le Pen dubitative

Et en réunissant samedi les grandes figures du conservatisme français, l’ancienne députée de 29 ans n’a pas hésité à irriter son ancien parti, le Rassemblement national. Une démarche qui a laissé dubitative Marine Le Pen, qui n’y a pas vu d’« intérêt ». « Il y a peut-être d’autres stratégies que celle que je mets en œuvre pour rassembler les Français, mais pour l’instant, la seule que je connaisse, c’est d’aller sur le terrain, c’est de se présenter aux élections, c’est d’aller faire le rassemblement grâce notamment aux élections municipales » de 2020, a déclaré la présidente du RN dimanche sur France 3.

INFO OBS. Deux proches de Marion Maréchal se mettent au travail pour la présidentielle de 2022

Marine Le Pen avait également auparavant jugé Marion Maréchal, qui a toujours sa carte au RN, « un peu jeune » pour représenter le parti en 2022.

Marion Maréchal a renoncé à l’exercice d’un mandat pour diriger l’Issep, une école de sciences politiques à Lyon, depuis l’échec de Marine Le Pen à la présidentielle de 2017.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire