Les Etats adhérents et candidats à l’adhésion européenne



Carte et comparatif


07.02.2020

Vingt-sept pays sont membres de l’Union européenne. Cinq autres ont déposé une candidature, tandis que deux autres sont susceptibles de le faire à moyen terme. A l’inverse, trois pays ont abandonné l’idée d’adhérer.

Vingt-sept Etats membres de l’UE

L’Union européenne se compose de 27 Etats membres. Ces derniers ont intégré l’UE au cours de huit vagues d’élargissements :

  • l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas en 1957 ;
  • le Danemark, l’Irlande et le Royaume-Uni en 1972 ;
  • la Grèce en 1981 ;
  • l’Espagne et le Portugal en 1986 ;
  • l’Autriche, la Finlande et la Suède en 1995 ;
  • Chypre, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Slovénie en 2004 ;
  • la Bulgarie et la Roumanie en 2007 ; et
  • la Croatie en 2013.

En 2020, le Royaume-Uni a quitté l’UE.

Cinq pays officiellement candidats

A l’heure actuelle, cinq pays sont officiellement candidats pour intégrer à leur tour l’Union européenne. Pour trois d’entre eux, les négociations sont en cours. Il s’agit du Monténégro, de la Serbie et de la Turquie. En ce qui concerne les deux autres, l’Albanie et la Macédoine, les négociations n’ont pas encore débuté.

La Commission européenne a proposé, le 6 février 2018, une échéance à 2025 pour l’adhésion de la Serbie et du Monténégro. Pour l’Albanie et la Macédoine la date se rapprocherait de 2030, selon la Commission. En octobre 2019, plusieurs pays au Conseil européen ont refusé d’ouvrir les négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord : la France et les Pays-Bas pour les deux et le Danemark et l’Espagne pour la première seulement. A la suite de ce refus et d’une initiative de la France, la Commission européenne  a formulé en février 2020 une proposition de réforme du processus d’adhésion à l’Union européenne. Celle-ci vise notamment à renforcer le contrôle des Etats membres sur le processus.

Quant à la Turquie, candidate depuis 1999, les négociations d’adhésion ont démarré en 2005. En 2019, elles étaient toutefois au  point mort, en raison d’atteintes à l’Etat de droit, aux droits fondamentaux, et au pouvoir judiciaire menées par le gouvernement autoritaire de Recep Tayyip Erdogan.

Deux pays reconnus comme des candidats potentiels

Deux autres pays sont reconnus comme candidats potentiels par la Commission européenne : la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo. Ces pays des Balkans occidentaux ont été assurés – en 2003 et en 2008 – de pouvoir adhérer à l’Union européenne lorsqu’ils seront reconnus prêts.

Trois pays ont abandonné l’idée d’adhérer

L’Islande s’était officiellement portée candidate à l’intégration en 2009, dans le contexte de la grave crise financière qui avait touché le pays. A la suite des élections législatives d’avril 2013, l’Islande a toutefois décidé d’abandonner ce processus, déjà suspendu depuis le début de l’année, notamment en raison d’un différend sur les quotas de pêche. Alors que la situation économique du pays s’était bien redressée depuis la crise, le gouvernement islandais a officiellement annoncé le retrait de la candidature du pays le 12 mars 2015.

La Suisse a quant à elle rejeté cette adhésion par voie référendaire, six mois après avoir fait acte de candidature en 1992. La Norvège a fait de même lors de deux référendums, en 1972 et 1994.

Un Etat sorti de l’Union européenne

Enfin, le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne le 31 janvier 2020, à la suite du référendum britannique du 23 juin 2016 sur le Brexit.



touteleurope

A lire aussi

Laisser un commentaire