VIDEO. Journaliste, elle quitte le Burundi en pleine crise politique


« Ce qui m’a frappée pour la première fois, c’est qu’on peut s’asseoir à côté de quelqu’un sans dire ‘bonjour’. J’étais choquée, je vous avoue. »

La première fois que Diane est venue en France, c’était pour une formation. Mais peu de temps après, le Burundi a commencé à traverser une crise. « En tant que journaliste, c’était risqué de rester au Burundi« , regrette Diane. La jeune femme a donc dû y laisser ses enfants et son mari.

« J’ai commencé à faire le 115. Étant une femme seule, c’est peut-être ça qui m’a sauvé la vie pour avoir des places de jour en jour« , explique Diane. Très vite, le quotidien de Diane est rythmé par les appels qu’elle effectue pour s’assurer un toit les nuits suivantes. « J’ai mis quand même 4 mois, à peu près, avant que la Maison des journalistes n’accepte de m’accueillir dans l’association« , raconte Diane.

Puis, la journaliste a passé une année chez une famille d’accueil, trouvée grâce à l’aide de l’association Réfugiés bienvenue. « J’ai passé une année merveilleuse« , se souvient Diane. Aujourd’hui, elle vit en région parisienne avec son mari et ses enfants.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire