Un élu RN propose de former les « enfants au tir face aux menaces islamistes »


Le Rassemblement national a annoncé, lundi 3 février, la convocation, devant sa commission des conflits, d’un candidat RN aux élections municipales et conseiller régional des Hauts-de-France pour des propos jugés « inadmissibles » dans lesquels l’élu évoquait la possibilité de former les « enfants au tir face aux menaces islamistes ».

« L’instruction de nos enfants au tir, face aux menaces islamistes présentes et futures, n’est-elle pas une nécessité ? », peut-on lire dans un message – effacé depuis – du 26 janvier publié sur le compte de la liste aux élections municipales « Rassemblement pour Guines », menée par Christophe Marécaux, qui brigue la mairie de cette petite ville du Pas-de-Calais de 5 700 habitants. Ce message avait été publié après une visite du candidat dans un club de tir local.

Dans un tweet, le porte-parole du RN et député du Nord Sébastien Chenu a annoncé que « conformément aux statuts de notre mouvement le conseiller régional candidat à Guines sera convoqué en commission des conflits suite à ses propos inadmissibles ».

Les dirigeants du RN « exploitent la colère et la peur des gens »

Quelques minutes auparavant, le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand s’était étonné sur BFMTV et RMC de n’avoir « pas entendu » la présidente du RN et députée du Pas-de-Calais Marine Le Pen condamner et exclure cet élu aux propos « dangereux ».

Marine Le Pen « elle est où là ? Elle est aux abonnés absents ? Il faut qu’elle s’exprime là-dessus parce que c’est dangereux », a-t-il affirmé. Les dirigeants du RN « exploitent la colère et la peur des gens », a estimé Xavier Bertrand, qui plaide pour un Etat fort afin de ne pas « voir se développer un jour un système d’autodéfense ou de milices ».

Le délégué du RN aux études Jean Messiha a refusé de se prononcer sur CNews sur l’exclusion ou pas de cet élu. Au sujet de la proposition de l’élu, il a dit que « pour l’instant ce n’est pas notre position du tout ». « Sur les enfants [M. Marécaux] a dit n’importe quoi, mais sur le débat en général, on a le droit de se poser des questions. »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire