Tyronn Lue défend son bilan à Cleveland


Licencié après une sixième défaite en six matches au début de la saison 2018-2019, Tyronn Lue a rebondi cette saison en rejoignant les Clippers, en tant qu’assistant, pour recomposer son duo avec Doc Rivers. Un temps, il fut même proche des Lakers avant que Frank Vogel ne s’installe sur le banc pour diriger LeBron James et compagnie.

Près de quinze mois après son départ de Cleveland, le champion 2016 a pris la parole pour exprimer des regrets. Car, malgré la situation sportive très compliquée, il aurait aimé rester sur ce banc si particulier pour lui.

« Dans ma carrière, je ne suis jamais resté aussi longtemps au même endroit que là-bas », rappelle-t-il à The Athletic, après avoir coaché 211 matches avec les Cavaliers, contre 189 matches avec les Hawks, l’équipe dans laquelle il a le plus joué. « Je pensais avoir trouvé un chez moi ici. J’aurais voulu rester et je pense que ça aurait pu se terminer autrement. »

Ce qui a dérangé Tyronn Lue, c’est l’absence de patience des dirigeants et de reconnaissance pour son palmarès. La première saison sans LeBron James allait logiquement être rude, mais il fallait serrer les dents selon lui. Surtout que, par la suite, les bilans de Larry Drew et de John Beilein laissent penser qu’il n’aurait pas fait pire…

Trois Finals en trois ans, et viré au bout de six matches…

« J’ai gagné un titre ici, le premier de l’histoire, et j’ai fait encore deux Finals après et il y a une opportunité de faire quelque chose de différent. On devrait donc avoir un peu de marge, pour vivre des saisons compliquées. Gagner un titre ou aller en Finals devrait offrir un peu de temps. On ne voit pas souvent – c’est du jamais vu même – un coach qui fait trois Finals de suite puis se fait virer six matches après ces trois saisons. Donc ça n’aurait pas dû se dérouler comme ça. Mais on doit continuer de bosser et remettre les choses en perspective : c’est un business, il faut le comprendre. Même si c’est dur à avaler et qu’on commence à réfléchir sur ce qu’on aurait pu faire différemment. »

Si Tyronn Lue déclare que « personne ne veut jamais être viré et avoir cette ligne sur son CV », il est avant tout fier de ses 211 matches avec les Cavaliers. « Le plus important dans le coaching, c’est de gérer les egos, les personnalités. Et on n’en avait pas qu’une : LeBron James, Kyrie Irving, Kevin Love, J.R. Smith. Ces quatre-là ont de forts caractères. Je pense que les gens ne voient pas que j’ai réussi à les faire bosser et exister ensemble. Ce n’était pas du gâteau, car il faut aussi laisser ces joueurs être eux-mêmes. »



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire