Edouard Philippe et le croche-pied à une manifestante




En cherchant des excuses aux violences policières, le Premier ministre ne peut que les encourager. Et confirmer que rien n’est fait pour stopper la dérive sécuritaire actuelle.



nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire