Crowdfunding en entreprise : quand les consommateurs s’impliquent



C’est un objet jamais vu en magasin. Un prototype, drôle d’appareil avec fourche et base, pour faire chauffer de l’eau dans n’importe quel récipient. À 36 ans, Guillaume Mariller, simple amateur de café et simple client, a participé à son élaboration. Il a donné son avis sur les phases techniques et esthétiques du projet. « L’aspect environnemental m’a intéressé. On ne fait chauffer que ce dont on a besoin.« 

C’est ce qu’on appelle le crowdfunding : faire participer les clients qui, en échange, peuvent acheter le produit moins cher. Pour le groupe Seb, l’intérêt est clair : tester ses innovations. 6 mois au lieu de deux ans pour un processus classique de commercialisation. « On sait très rapidement si cela a une chance de succès ou si c’est potentiellement un échec. Cela nous permet de nous positionner très rapidement« , précise Jean-Louis Compeau, responsable Seb LAB. Pour ce chauffe-tasse, l’expérience n’ira pas plus loin.

Le

Les autres sujets du



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire