Doit-on faire contre mauvaise fortune bon coeur ?



Comme prévu, les élections du 12/12 ont eu lieu. Les tenants du pouvoir – et à leur tête feu Ahmed Gaid Salah – sont allés jusqu’au bout de leur logique. Il n’ y a pas eu, malheureusement, de « jamais deux sans trois » auquel une bonne partie de « la rue » algérienne y croyait. Certes, ces élections ont été boycottées par une grande partie des Algériennes et des Algériens. On sait que les chiffres finaux de cette mascarade électorale ont été gonflés à outrance. On sait que (…)


International



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire