Jeremy Lamb, le dépanneur des Pacers


En collant 30 points dans la défaite face aux Nuggets, Jeremy Lamb a réalisé son meilleur match de la saison, se rappelant quelque peu au bon souvenir de ses saisons à Charlotte où il avait montré son potentiel offensif.

Car depuis son arrivée à Indiana, l’arrière est plus discret. Même s’il joue plus, il shoote moins et les Pacers ne s’appuient pas toujours sur lui, provoquant ainsi un total de tirs fluctuant. « On a tendance à le négliger un peu », explique Nate McMillan. « Il joue en s’adaptant aux autres. Il ne se plaint pas de ne pas avoir le ballon, il prend ce qu’on lui offre. Il donne tout des deux côtés du terrain. »

Moins sollicité, il a donc perdu un peu de rythme et n’a pas trouvé de régularité à 3-pts. Son 5/5 contre Denver faisait suite à un 2/4 contre Philadelphie, mais surtout un vilain 0/4 avant ça contre les Pelicans. Difficile de trouver de la constance dans ses performances. « C’est comme ça parfois. Je n’ai pas bien shooté à 3-pts », accepte-t-il.

Futur remplaçant ?

Et ça pourrait continuer puisque dans les semaines à venir, avec le retour de Victor Oladipo, il y a de grandes chances que Jeremy Lamb devienne remplaçant. Comme ce fut le cas la saison passée quand, après 54 matches dans le cinq majeur, il fut placé sur le banc pour laisser sa place à Miles Bridges. Un vrai bouche-trou de luxe.

« J’ai connu tous les rôles dans cette ligue », rappelle-t-il. « De la G-League, au bout du banc, à remplaçant en passant par un rôle réduit, peu de minutes, puis titulaire avec un gros temps de jeu : j’ai tout fait. J’adore commencer les matches, j’estime être un titulaire, mais j’ai fait de bonnes saisons en sortie de banc, à apporter l’étincelle. Je veux simplement gagner des matches. Si on gagne, je m’en moque. »

Il est vrai qu’avec seulement 14 matches de playoffs joués (deux participations) en sept saisons et aucun depuis 2016, Jeremy Lamb n’a pas énormément gagné durant sa carrière. Cette expérience à Indiana sera donc salvatrice de ce point de vue si les hommes de Nate McMillan continuent sur leur lancée, même si cela implique de perdre des minutes ou un statut de titulaire. « Un temps de jeu va diminuer, c’est certain », annonce le coach des Pacers sur ses rotations à venir quand son All-Star sera de nouveau opérationnel. « On ne peut rien y faire. »

Jeremy Lamb Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2012-13 OKC 23 6 35.3 30.0 100.0 0.2 0.6 0.8 0.2 0.6 0.1 0.3 0.1 3.1
2013-14 OKC 78 20 43.2 35.6 79.7 0.4 2.1 2.4 1.5 1.8 0.7 0.8 0.3 8.5
2014-15 OKC 47 14 41.6 34.2 89.1 0.2 2.1 2.3 0.9 1.1 0.5 0.6 0.1 6.3
2015-16 CHA 66 19 45.1 30.9 72.7 0.7 3.2 3.8 1.2 1.6 0.6 0.8 0.5 8.8
2016-17 CHA 62 18 46.0 28.1 85.3 0.5 3.8 4.3 1.2 1.6 0.4 0.7 0.4 9.7
2017-18 CHA 80 25 45.7 37.0 86.1 0.6 3.4 4.1 2.3 1.7 0.8 1.2 0.4 12.9
2018-19 CHA 79 29 44.0 34.8 88.8 0.8 4.7 5.5 2.2 1.8 1.1 1.0 0.4 15.3
2019-20 IND 23 30 44.5 30.2 84.4 0.6 4.0 4.6 2.6 2.1 1.2 1.4 0.6 13.7
Total   458 21 44.4 33.7 85.3 0.5 3.2 3.7 1.6 1.6 0.7 0.9 0.4 10.4



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire