La Bourse de Paris finit stable et insouciante


La Bourse de Paris a fini proche de l’équilibre (+0,04%) le retour du risque géopolitique au Moyen-Orient ayant finalement eu un impact limité sur le marché.

L’indice CAC 40 a pris 2,66 points à 6.044,16 points (son plus haut niveau depuis juillet 2007), dans un volume d’échanges réduit de 2,6 milliards d’euros. La veille, il avait terminé en progression de 1,06%.

Après avoir démarré dans le rouge, la cote parisienne a limité ses pertes en deuxième partie de séance pour finir in extremis dans le vert.

« Le marché résiste bien et préserve les 6.000 points » après la mort à Bagdad d’un général iranien influent, Qassem Soleimani, tué dans un raid américain ordonné par le président Donald Trump, observe Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Cet « accident de politique internationale » « ne remet pas en cause les puissants catalyseurs de la fin de l’année dernière, que ce soit l’accord commercial de phase 1 entre les États-Unis et la Chine, mais aussi la visibilité plus forte sur le Brexit et les banques centrales qui sont à la manœuvre », a-t-il expliqué à l’AFP.

Par ailleurs, « il y a encore peu d’intervenants, le marché est guidé par des automates et des algorithmes, ce qui exacerbe les mouvements », ajoute le spécialiste.

L’actualité du marché a porté exclusivement sur les tensions géopolitiques et la hausse du pétrole, mettant en arrière plan les indicateurs économiques (la remontée de l’inflation en Allemagne en décembre, et l’indice d’activité manufacturière aux États-Unis).

Les stocks de pétrole brut ont plongé de 11,5 millions de barils la semaine dernière aux États-Unis alors même que la production d’or noir est restée à un niveau record.

En matière de valeurs, les pétrolières et para-pétrolières ont les premières bénéficiaires de la hausse des cours du brut après le raid américain à Bagdad, faisant craindre une nouvelle escalade des tensions dans la région.

Total a pris 1,13% à 50,38 euros, TechnipFMC 1,06% à 19,13 euros, CGG est monté de 0,98% à 2,98 euros, GTT de 1,48% à 89,10 euros.

En revanche, le transport aérien européen a battu de l’aile en conséquence du bond des prix du pétrole, à l’instar d’Air France-KLM (-7,92% à 9,44 euros).

Le Spaf, syndicat de pilotes, et le SNGAF, syndicat d’hôtesses et stewards, appellent en outre les personnels navigants d’Air France à faire grève la semaine prochaine contre la réforme des retraites.

ArcelorMittal a terminé tout en bas du CAC 40 (-3,60% à 15,26 euros).

Argan a profité (+1,75% à 81,20 euros) d’une forte hausse de ses revenus en 2019, notamment à la suite d’une acquisition massive de sites auprès du géant de la distribution Carrefour.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire