Hong Kong: affrontements dans des centres commerciaux la veille de Noël


Policiers anti-émeute et manifestants pro-démocratie se sont affrontés mardi soir dans un centre commercial de Hong Kong à la veille de Noël, les contestataires ayant appelé à des rassemblements éclair pendant la période des fêtes.

La police a repoussé à coups de matraque et de gaz au poivre les manifestants après que des policiers en civil ont arrêté plusieurs d’entre eux à l’intérieur du centre Harbour City, situé à Tsim Sha Tsui, un des quartiers commerçants les plus animés de la ville.

Les nombreux centres commerciaux de Hong Kong sont régulièrement le théatre de manifestations de plus en plus violentes depuis le début du mouvement de contestation qui secoue le territoire autonome depuis six mois.

La violence avait baissé d’intensité depuis un mois. Mais des sites internet utilisés par les militants les plus radicaux ont appelé à des manifestations ponctuelles pendant la période de Noël et du Nouvel An, en particulier dans les zones commerciales.

Des policiers en civil ont procédé à de nombreuses arrestations de militants pro-démocratie dans un centre commercial de Hong Kong le 24 décembre 2019 (AFP – Philip FONG)

Des centaines de militants vêtus de noir se sont massés à Harbour City mardi soir en clamant des slogans. La situation a dégénéré quand des policiers en civil ont été repérés et encerclés par la foule qui leur a lancé des projectiles et des quolibets.

La police anti-émeute est alors intervenue, l’un des policiers visant même les manifestants avec un fusil, et des commerçants ont vite fermé boutique.

Des incidents similaires se sont produits mardi soir dans au moins trois autres endroits de la ville.

A Hong Kong, où vit une importante communauté chrétienne, la soirée de Noël est traditionnellement très animée dans les bars et autres commerces. Mais cette année, les autorités ont décidé de ne pas transformer certaines rues en zones piétonnes, comme les années précédentes, de peur que les contestaires n’en profitent pour se rassembler.

L’ex-colonie britannique traverse depuis juin sa crise la plus grave depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, avec des manifestations monstres et des actions coup de poing, souvent accompagnées d’affrontements avec la police, pour exiger des réformes démocratiques ou demander une enquête sur le comportement de la police.

Début décembre, quelque 800.000 manifestants pro-démocratie selon les organisateurs (183.000 selon la police) avaient défilé sans incident notable. Les organisateurs de cette marche ont demandé l’autorisation de faire de même le 1er janvier.

Le mouvement est né d’un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. L’exécutif local pro-Pékin a renoncé à ce projet, mais les manifestants ont élargi leurs revendications pour obtenir des élections libres et plus de démocratie face à une mainmise grandissante de Pékin.

Le mouvement a eu un impact sur le tourisme et l’économie du centre financier, entré en récession.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire