Le nouveau gouvernement validé en Bosnie après 14 mois de blocage


SARAJEVO (Reuters) – Quatorze mois après les élections d’octobre 2018, le parlement de Bosnie a approuvé lundi un nouveau gouvernement, ouvrant la voie à la reprise des réformes requises pour devenir membre de l’Union européenne et à des pourparlers sur un nouvel accord avec le Fonds monétaire international(FMI).

Dirigée par le Premier ministre serbe bosniaque Zoran Tegeltija, la nouvelle équipe gouvernementale a reçu l’approbation de 29 des 42 membres du Parlement, mettant un terme à plus d’un an de blocage politique entre les trois principaux partis du pays.

L’horizon s’était déjà éclairci début août avec l’accord conclu entre les Bosniaques (musulmans), les Croates (catholiques) et les Serbes (orthodoxes), parvenus après de longues tractations à un compromis sur la question du rapprochement de la Bosnie avec l’Otan.

Divisée en deux entités – serbe et croato-bosniaque – depuis la guerre de 1992-1995, la Bosnie a déposé sa candidature d’adhésion à l’Union européenne en 2016 et s’est engagée depuis dans une série de réformes mais ses institutions centrales restent faibles.

Pour l’aider à mener à bien cet agenda de réformes, le Fonds monétaire international (FMI) avait annoncé en 2016 le déblocage d’un crédit sur trois ans pour un montant de 553,3 millions d’euros mais ce plan de soutien a été gelé en 2018 faute d’avancées dans les réformes économiques requises.

(Maja Zuvela, version française Marine Pennetier, édité par Jean-Stéphane Brosse)



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire