Le Magic fait le bilan de son premier tiers de la saison


La lecture froide du classement ne peut que rassurer les joueurs d’Orlando puisqu’ils sont huitièmes de l’Est. Néanmoins, le bilan de 12 victoires et 17 défaites n’est pas bon, et il vient d’être lourdement plombé par six défaites en sept matches.

Le Magic est donc coincé entre deux chaises après 29 rencontres. « Bien évidemment, on ne veut pas se retrouver dans la même situation que la saison passée (20-31, le 29 janvier 2019), mais on sait aussi qu’on peut se sortir d’un tel trou », rappelle Michael Carter-Williams sur le site officiel de la franchise. « Il faut rester positif. On doit conserver cet état d’esprit, on sait qu’on peut le faire, et le garder jusqu’à la fin de la saison. »

Orlando revient d’un « road trip » à l’Ouest, terminé avec seule victoire, contre New Orleans, et trois revers face aux Jazz, Nuggets et Blazers. Avant ça, il y avait eu des défaites contre Milwaukee, Los Angeles et Houston.

« Les déplacements à l’Ouest sont toujours compliqués », souligne Nikola Vucevic. « Maintenant, on doit se concentrer sur la suite, se reposer. On doit être prêt pour le match contre Chicago. C’est un match très important pour nous. On est sur trois défaites de rang, on a besoin de cette victoire à la maison. »

Un pansement offensif pour soigner les hémorragies

Déjà en difficulté en attaque, comme depuis le début de saison (Aaron Gordon en est un symbole), le Magic a vu sa défense s’effriter depuis quelques jours. Contre Utah, Denver et Portland, les Floridiens ont subi des vagues et connu des longues périodes de disette. Ce fut un 19-4 pour finir contre le Jazz, 17 possessions sans points contre les Nuggets, un 15-0 face aux Blazers. Quand le Magic coule, il ne le fait pas à moitié, et peut-être que l’absence d’Al-Farouq Aminu pèse plus qu’on ne le pense.

« On doit trouver un moyen de stopper l’hémorragie », poursuit Nikola Vucevic. « Si on mettait des tirs, ce serait plus facile de mettre fin à ses runs. Marquer, ça aide toujours. Notre défense en transition doit également être plus performante, mais c’est compliqué quand l’attaque peine. C’est naturel de voir les joueurs baisser les bras et se frustrer. On doit continuer de se battre. »

Steve Clifford aimerait que le Magic soit plus fort au rebond et en transition. « Si on regarde nos 34 derniers matches la saison passée, notre défense était bien meilleure qu’en ce moment », se souvient le coach. « Notre défense en transition était excellente et actuellement, elle ne l’est pas. On peut toujours regretter les points qui ne sont pas marqués, mais on doit faire avec ce qu’on a. On a des qualités dans notre effectif qu’on n’utilise pas. Voilà ce qu’on doit faire. »

Après la réception des Bulls, Orlando aura encore deux grosses parties à négocier avec Philadelphie et Milwaukee. Les soucis ne sont donc peut-être pas encore terminés…



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire