La Bourse de Paris toujours aussi attentiste


La Bourse de Paris restait arrimée à l’équilibre (+0,01%) jeudi matin, peu encline aux prises de risques à l’approche des fêtes, tout en gardant un œil sur la mise en accusation de Donald Trump et la décision de la Banque d’Angleterre (BoE).

A 09H35, l’indice CAC 40 grappillait 0,42 point à 5.960,02 points. La veille, il avait fini en très léger retrait de 0,15%.

« Après une séance sans direction hier, les marchés européens devraient poursuivre dans la même veine ce jeudi », a observé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Mercredi soir, la Chambre des représentants américaine, dominée par les démocrates, s’est prononcée en faveur de l' »impeachement » de Donald Trump pour « abus de pouvoir ». Il appartient désormais au Sénat de le juger, sans doute en janvier.

« En théorie, plus de peur que de mal pour Donald Trump puisque le Sénat est contrôlé par les républicains, qui ont montré peu d’intérêt à le chasser », a souligné dans une note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

En matière d’indicateurs, le climat des affaires en France est resté stable en décembre par rapport au mois précédent, soutenu notamment par le commerce de détail qui a connu une légère hausse malgré les grèves, a indiqué jeudi l’Insee.

La Banque d’Angleterre doit en outre rendre sa décision de politique monétaire à 13H00, qui sera suivie de la publication des minutes correspondantes.

De son côté, la Banque centrale du Japon (BoJ) a sans surprise gardé jeudi inchangée sa politique monétaire ultra-accommodante, le tableau économique général n’ayant guère évolué.

« Le discours de la reine outre-Manche » pour présenter au Parlement le programme du nouveau gouvernement de Boris Johnson « est l’un des autres rendez-vous de la séance », a complété M. Le Liboux.

Mais qu’il s’agisse des décisions de politique monétaire ou des propos d’Elisabeth II, aucune de ces actualités « ne devrait influencer les marchés ce jour », selon lui.

Aux Etats-Unis, les reventes de logements pour novembre complèteront l’agenda.

Sur le terrain des valeurs, Akka Technologies était soutenu (+3,31% à 62,50 euros) par l’annonce jeudi d’une OPA amicale sur le groupe informatique norvégien Data Respons, valorisant l’entreprise à 366 millions d’euros.

Société Générale prenait 0,19% à 30,97 euros. La banque va vendre sa filiale norvégienne d’affacturage et de financement d’équipements, SG Finans, à la banque locale Nordea pour un montant de 575 millions d’euros.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire