La Bourse de Paris en manque de carburant (+0,21%)


La Bourse de Paris a fini en légère hausse jeudi (+0,21%), les investisseurs attendant des détails sur l’accord commercial partiel entre la Chine et les Etats-Unis et restant indifférents au procès en destitution visant le président américain.

L’indice CAC 40 a pris 12,68 points à 5.972,28 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,26 milliards d’euros. La veille, il avait fini en très léger retrait de 0,15%.

« Les investisseurs restent vigilants en attendant des éclaircissements sur l’accord commercial de phase 1 entre la Chine et les Etats-Unis », explique à l’AFP Philippe Cohen, gérant chez Kiplink Finance. Par conséquent, le marché « manque un peu de carburant ».

Ce début d’accord, annoncé vendredi et qui pourrait être formellement signé en janvier, réduit les risques de récession et rassure les acteurs de marchés.

Dans ce cadre, la Chine a publié jeudi une liste de produits chimiques américains qui seront exemptés de surtaxes douanières mises en place l’an dernier, à compter du 26 décembre pour une durée d’un an.

Par ailleurs, la mise en accusation la veille de Donald Trump par la Chambre des représentants, synonyme de procès en destitution pour le président américain, « n’émeut pas le marché plus que ça car il connait la fin », observe aussi le spécialiste.

« La seule chose, c’est que cela donne le signal que la campagne présidentielle va être sous tension, extrêmement +clivante+ pour la société américaine », ajoute-t-il.

La Chambre des représentants, dominée par les démocrates, s’est prononcée mercredi soir en faveur de l' »impeachement » du milliardaire républicain de 73 ans pour « abus de pouvoir ».

Il appartiendra désormais au Sénat, où les républicains ont la majorité, de juger Donald Trump, sans doute en janvier.

Au chapitre économique, les reventes de logements aux Etats-Unis ont baissé en novembre plus fortement qu’attendu par les analystes.

– Renault dégradé –

Sur le terrain des valeurs, Renault a perdu 0,22% à 43,43 euros. L’agence de notation financière S&P Global Ratings a dégradé jeudi d’un cran, à BBB+, la note à long terme de son allié, le constructeur automobile japonais Nissan, estimant qu’il n’allait pas d’un coup redresser ses comptes à court terme.

Engie a peu réagi (+0,10% à 15,50 euros) à l’annonce par Energias de Portugal (EDP) de la cession de six centrales hydroélectriques, pour un montant de 2,2 milliards d’euros, à un consortium français mené par l’énergéticien.

Michelin a pris 0,41% à 111,05 euros et Faurecia a cédé 0,70% à 49,65 euros euros alors que l’usine de piles à hydrogène voulue par les équipementiers automobiles sera implantée sur le territoire de la métropole de Lyon.

Guerbet s’est enfoncé en revanche de 13,9% à 45 euros, pénalisé par l’annonce d’un changement de directeur général à compter du 1er janvier.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire