Dans son livre, Tigrane Yegovian alerte sur le sort réservé à toutes les minorités d’Orient



Le sort des chrétiens d’Orient n’intéresse « pas assez » les dirigeants occidentaux. « Souvent, ce sujet est vu sous un angle victimaire. Au XIXe siècle, c’étaient des relais d’influence », explique Tigrane Yegovian.

Dans son livre, Minorités d’Orient, l’essayiste défend « leur rôle de médiateur, notamment au Liban entre chiites et sunnites, en Irak aussi au Kurdistan ».

Il y a de moins en moins de chrétiens d’Orient. « Ce n’est pas forcément inexorable. En Égypte, il y a près de huit millions de chrétiens. Le Liban est constitué d’un bon tiers de chrétiens », note-t-il.

Tigrane Yegavian dénonce dans son essai l’utilisation des minorités par les pays occidentaux avant de les abandonner, comme avec les Kurdes en Turquie. « La diplomatie française n’a pas de vraie vision pour ces minorités. On est dans une logique de court terme », commente le journaliste.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire