Chicago maintient sa confiance en Jim Boylen


Quelques heures avant la rencontre face aux Clippers, les dirigeants des Bulls avaient décidé de réunir quelques journalistes pour faire le point sur le début de saison raté de la franchise. L’occasion d’évoquer l’avenir de Jim Boylen dont la méthode et les résultats n’ont pas encore convaincu…

« Je ne suis pas là à donner des notes » prévient John Paxson au micro de NBC Sports. « On est à fond derrière Jim. Il n’existe pas de recette miracle pour nous corriger. On n’envisage pas de faire des changements. Jim est accrocheur, et il va continuer de l’être. S’il y a bien quelque chose que je respecte immensément chez lui, c’est sa faculté à écouter les idées. Ensemble, on parle basketball. Quand je vois des choses, il écoute ce que j’ai à dire. Je ne prends pas des décisions à sa place, mais il écoute, et il est ouvert. »

Persuadé que les Bulls peuvent atteindre les playoffs avec ce groupe et ce coach, Paxson assure que le groupe adhère au message de l’entraîneur. « Aujourd’hui, les joueurs ont la parole, et ils ont un pouvoir qu’ils n’ont jamais eu auparavant, et c’est une bonne chose pour la NBA. Ils l’ont acquis, et ils le font de manière positive. On parle avec les joueurs. On a parlé avec Thad. Ce dont je suis persuadé, c’est que les joueurs partagent le même objectif. Ils sont soudés. Il n’y a jamais de situation parfaite. Il y a toujours des conflits. Ça peut être entre joueurs, ou un joueur avec le coach. C’est inévitable dans le business, et je ne m’attends pas à ce que ce groupe explose. Je serais déçu si c’était le cas. »

A propos de déception, quel bilan tire-t-il de ce premier quart de la saison ? « Evidemment, on s’attendait tous à avoir un meilleur bilan que celui-ci. Vu notre intersaison et le mois de septembre, on anticipait d’avoir plus de victoires. Donc, c’est décevant. Si je dois trouver des raisons, j’en assume les responsabilités comme d’habitude. Ce que je n’avais pas forcément anticipé, c’est que Jim se lance dans un nouveau système. On a ajouté deux nouveaux assistants qui ont apportés des choses à Jim. Plus particulièrement sur le jeu côté ballon, et je pensais que ce serait plus rapide à être intégré. C’est un mauvais calcul de ma part. »

Après avoir battu les Clippers à domicile, les Bulls entament un « road trip » de quatre matches qui n’est pas insurmontable puisqu’ils se rendent à OKC, Washington, Detroit et Orlando.



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire