« 13h15 le dimanche ». Le combat d’un père (épisodes 3 & 4) – France 2 – 15 décembre 2019



La série documentaire en quatre épisodes du magazine « 13h15 le dimanche«  (Facebook, Twitter, #13h15) raconte les dix-sept années d’attente douloureuse d’un homme dont la fille, Elodie Kulik, directrice d’une agence bancaire de 24 ans, a été sauvagement assassinée dans la nuit du 10 au 11 janvier 2002, sur les bords d’une route départementale en Picardie. Vendredi 6 décembre 2019, Willy Bardon, seul suspect vivant dans cette affaire, a été condamné à trente ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de la Somme. Il a tenté de se suicider à l’énoncé du verdict.

Jacky Kulik n’a jamais abandonné l’espoir de savoir ce qui s’était réellement passé. Ces deux nouveaux épisodes, signés Pauline Dordilly, Henri Desaunay, Anthony Santoro et Nicolas Berthelot, poursuivent le récit de sa vie fracassée par ce drame. A ses côtés depuis une dizaine d’années, le « 13h15 » fait prendre conscience à quel point cette si longue attente a été douloureuse, combien son combat pour la vérité a été opiniâtre et le deuil d’une enfant impossible.

La première recherche ADN par parentèle réalisée en France

Les épisodes 1 & 2 ont rappelé les circonstances dans lesquelles le corps de la jeune femme avait été retrouvé et sur quelles hypothèses les enquêteurs avaient travaillé. La « cellule Kulik » mise en place par la gendarmerie a recoupé des milliers d’informations… Et en 2102, Grégory Wiart, dont l’ADN a été retrouvé sur la scène du crime, est identifié par recoupement avec le Fichier national automatisé des empreintes génétiques où figure l’ADN de son père. Il s’agissait de la première recherche ADN par parentèle réalisée en France.

Le jeune plombier est identifié mais impossible à poursuivre : il se tue en voiture un an après le meurtre en allant s’encastrer sous un camion sur une route droite et sèche. Un deuxième homme finit par devenir central dans l’enquête : Willy Bardon, un ami de Wiart. C’est un copain de soirée et de sorties en 4×4, dont la voix a été reconnue par plusieurs experts sur la pièce maîtresse du dossier : la bande sonore de l’effrayant appel d’Elodie aux pompiers, le soir du drame. Les avocats de Willy Bardon ont fait appel. 

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==





francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire