Du Graham au kilo | Basket USA


Non, ce n’est pas Kyrie Irving qui a mis le feu au parquet des Nets la nuit dernière. Malheureusement pour Brooklyn, c’est un meneur que personne n’a vu venir qui a été le héros de la soirée, avec des actions dignes d’Uncle Drew dans le money-time, même si pour son coéquipier PJ Washington, il ressemblait plutôt « à Steph Curry ».

Match après match, la trouvaille des Hornets est en train de se faire une place au sein de la hiérarchie des chefs d’orchestre de la NBA. Son nom, pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c’est Devonte’ Graham.

Barré par Kemba Walker et Tony Parker la saison dernière, l’ancien pensionnaire de Kansas s’est tout de même montré à la fin de la campagne et a surtout profité du début d’exercice actuel pour briller. Cette nuit, il a encore franchi un cap en passant 40 points (à 12/21 au tir dont 7/12 à 3 points), 5 rebonds et 5 passes décisives aux Nets dans une victoire renversante 113-108, les Hornets ayant compté jusqu’à 20 points de retard !

« En trois matchs, on n’a pas encore trouvé le moyen de le stopper, » a regretté Kenny Atkinson. « Donc on ferait mieux de retourner faire du tableau noir. »

L’apprentissage du leadership en accéléré

À la tête d’un groupe relativement homogène, au sein du quel aucun « go-to-guy » ne se détache, James Borrego est d’abord fier de voir les valeurs de combat de son équipe et une attitude symbolisée par son meneur de jeu.

« Cette faculté de combattre et de ne jamais lâcher se manifeste de plusieurs façons, » explique-t-il. « Elle peut être initiée par vos joueurs majeurs. Dans ce groupe, de façon générale, que ce soit du premier au 15e joueur, tout le monde a cette capacité à se battre. On a déjà été malmenés depuis le début de saison mais on n’a jamais cessé de se battre. On a trouvé du rythme et des rotations qui fonctionnent comme ça a été le cas ce soir. Mais le mérite en revient aussi pour beaucoup à Devonte’. Ce qu’il fait en ce moment est assez spécial. Il mérite qu’on lui accorde beaucoup de crédit ».

Âgé de 24 ans, le sophomore continue d’apprendre. À scorer, à mener le jeu, mais aussi à être un leader, un rôle qu’il a endossé cette nuit alors que Marvin Williams et Nicolas Batum étaient absents. « J’ai juste dit aux gars de s’accrocher, continuer à enchaîner les stops défensifs, » a-t-il expliqué. « Marvin et Nico m’ont dit de prendre le ballon en fin de match et juste de faire les bons choix. C’est ce que j’ai essayé de faire, être agressif, avoir les bonnes lectures de jeu. Ils ont continué à switcher donc j’ai continué à attaquer (…). Je veux juste gagner, j’essaie juste d’analyser, voir ce que la défense propose, qui défend sur moi… »

La fierté de James Borrego

James Borrego loue la justesse et le calme dont sait faire preuve Devonte’ Graham depuis le début de saison, prenant exemple sur le match précédent face aux Wizards, dans lequel le meneur avait déjà brillé (29 points, dont 14 dans le dernier quart-temps), mais avait eu le recul de laisser Miles Bridges prendre le tir de la gagne à 7.7 secondes.

Il n’avait alors uniquement servi de leurre à la défense des Wizards. « Lors du match précédent, il a fait le bon choix, en ne prenant pas le tir de la victoire mais en trouvant le bon coéquipier. Jusqu’à présent, il a fait le bon choix face à ce que les défenses lui ont proposé neuf fois sur dix, » apprécie le coach. « C’est un jeune gamin intelligent qui grandit, intègre les couvertures, les match-ups. Il a encore franchi un cap ce soir dans le money-time dans sa façon de parler à l’équipe. Sur ce qu’il avait vu, ce qu’il avait aimé et recherchait. C’est le but ultime, que les joueurs puissent échanger et nourrir leur réflexion à travers ça ».

Une progression fulgurante

Cette fois, James Borrego a senti que Devonte’ Graham était chaud et lui a ainsi laissé la responsabilité de décider du sort de la rencontre. « J’ai demandé ce que je devais faire si Joe (Harris) passait en défense sur moi. Ils ont switché donc j’ai essayé de l’attaquer et de voir si quelqu’un allait aider. Je suis heureux d’avoir pu marquer », a ajouté le meneur, qui a finalement sanctionné son adversaire direct sur son exercice favori, le tir à 3-points.

Alors qu’il connaît une évolution ascendante depuis le début de saison (16.4 points de moyenne en octobre, 18.8 et 7.4 passes décisives en novembre puis 26.3 points et 8.2 passes décisives depuis le début du mois de décembre), et qu’il a affiche une progression impressionnante dans l’histoire de la NBA par rapport à son année rookie (14.5 points de plus, mieux que son patron, Michael Jordan entre 1986 et 1987)  Devonte’ Graham essaie d’abord de garder son esprit au basket et de ne pas penser au reste. « J’essaie de faire de mon mieux pour l’équipe ».

Quant à la suite de la saison des Hornets, actuellement dixièmes à l’Est, bien malin celui qui pourra la prédire. Ce qui est sûr, c’est que les troupes de James Borrego vont se battre.

« C’est un état d’esprit commun à toute l’équipe, » a conclu Devonte’ Graham. « On vient tous d’universités où ça gagne. On sait ce que c’est, d’avoir une cible dans le dos et d’affronter toutes les équipes qui veulent vous battre. Ce qu’on essaie de faire, c’est de jouer aussi dur que possible ».

Devonte’ Graham Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2018-19 CHA 46 15 34.3 28.1 76.1 0.2 1.2 1.4 2.6 1.0 0.5 0.7 0.0 4.7
2019-20 CHA 26 34 40.7 42.1 80.8 1.0 2.6 3.7 7.7 1.8 0.7 3.0 0.2 19.2
Total   72 22 38.4 37.2 79.3 0.5 1.7 2.2 4.5 1.3 0.6 1.5 0.1 10.0





basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire