Basanta, la force de l’habitude



  • Basanta dispute sa quatrième Coupe du Monde des Clubs
  • « Ça pourrait être une belle manière d’entrer dans la dernière ligne droite »
  • Monterrey débute la compétition face à Al-Sadd Sports Club

Rares sont les joueurs à connaître aussi bien la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA que José Basanta. Lorsque l’arbitre donnera le coup d’envoi du match entre Monterrey et Al-Sadd Sports Club, le défenseur central rayado lancera sa quatrième participation à la compétition.

« Je suis très heureux de retrouver la Coupe du Monde des Clubs, une compétition dont l’organisation est comparable à celle d’une Coupe du Monde, au niveau international. J’étais au Brésil (en 2014) et c’est vrai que c’est très similaire », explique-t-il au micro de FIFA.com.

Sa première aventure, il l’a connue à Japon 2011, à l’âge de 27 ans. À Qatar 2019, ce vétéran de 35 ans porte le brassard de capitaine : « C’est juste l’âge qui change », glisse-t-il non sans humour. « Ma dernière Coupe du Monde des Clubs, c’était en 2013 donc les années ont passé. Aujourd’hui, j’ai davantage d’expérience et j’ai connu beaucoup de choses dans ma carrière : je suis allé en Europe, j’ai fait une Coupe du Monde avec l’Argentine, je suis revenu à Monterrey… Là j’ai juste envie de disputer mon premier match dans cette Coupe du Monde et de le gagner. »

Sa trajectoire et les matches à son compteur en font un référent pour ceux qui n’ont pas de vécu dans la compétition. « Certains me demandent à quoi ça ressemble. La première chose que je leur dis, c’est d’en profiter. Je leur dis qu’on ne joue pas cette compétition tous les ans. Ce n’est pas facile d’y arriver alors il faut vivre ça à fond. C’est impressionnant l’expérience qu’on engrange en participant à ces compétitions. »

Basanta et Monterrey en Coupe du Monde des Clubs :

  • Japon 2011: 5ème place
  • Japon 2012: 3ème place
  • Marroc 2013: 5ème place
  • Qatar 2019: ?

Boucler la boucle

Ce qui est certain, c’est que son aventure au Qatar est empreinte d’une certaine nostalgie. À 35 ans, il voit la fin de carrière approcher à grand pas. D’où sa volonté de faire mieux que la troisième place obtenue en 2012. Histoire de finir en beauté sa belle carrière dans le football.

« Je ne disputerai plus de Coupe du Monde des Clubs. Faire une belle compétition, ce serait pour moi une belle manière d’entrer dans la dernière ligne droite, » confie-t-il. « J’espère qu’on pourra aller loin, car ça pourrait être l’un de mes derniers matches sur le terrain… »

Et quelle plus belle façon de boucler la boucle que d’offrir un grand bonheur à Monterrey, un club dans lequel il est arrivé en 2008 et qu’il n’a quitté que le temps d’une saison à la Fiorentina (2014-15). « Monterrey, c’est ma deuxième maison. Ça fait longtemps que je vis dans cette ville merveilleuse. J’ai vécu des moments inoubliables, que ce soit sur ou en dehors du terrain. Ma famille s’est très bien adaptée, ma fille est née ici. »

Suivez le guide !

Le défenseur argentin a tiré de précieux enseignements de sa participation à des éditions précédentes : « L’objectif, c’est de nous adapter le plus rapidement possible au fuseau horaire et au climat pour pouvoir donner le meilleur de nous-mêmes. Ensuite, si on y arrive, on va certainement faire un grand match et se qualifier pour la suite, même si le premier match est tout sauf facile. Toutes les équipes sont compliquées, il faut y aller étape par étape. Ensuite, on aura le temps de penser à Liverpool, le rêve de toute l’équipe. »

Malgré l’immense défi qui attend son club, Basanta ne se prive pas de rêver en grand : « On arrive plus forts car on est entrés dans le mini-championnat final, on est sur un bon rythme. Monterrey est une équipe de haut niveau. Nous, les joueurs, ça fait longtemps qu’on se connaît. On connaît l’encadrement technique. Il est arrivé récemment mais il s’était déjà occupé de l’équipe pendant longtemps. C’est un gros plus pour nous donner envie de nous transcender », conclut-il.



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire