les lourdes conséquences économiques sur les entreprises



Le mois de décembre s’avère très compliqué pour les usagers de la SNCF mais aussi pour les entreprises. Les sociétés qui en temps normal transportent leurs marchandises par la SNCF sont très touchées. Elles n’arrivent plus à livrer. À Ferques (Pas-de-Calais), des centaines de wagons sont pleins. L’équivalent de 50 trains sont à l’arrêt depuis jeudi 5 décembre, date à laquelle la grève a commencé. Dans cette carrière de calvaire qui fournit les entreprises de sidérurgie et les chantiers du Grand Paris, 90% des expéditions sont bloquées.

>> Grève du 10 décembre : suivez la situation en direct

« Tous les jours ce sont 10 à 13 000 tonnes qui ne sont pas expédiées », explique Thierry Decool, directeur du site de Ferques des Carrières du Boulonnais. En cinq jours, les stocks ont presque atteint leur capacité maximale. « Si ça dure très très longtemps le souci c’est qu’une fois que nos stocks seront pleins on sera contraint d’arrêter la production et de mettre une partie des salariés en chômage partiel ou en vacances. Ça risque d’être un mois de décembre qui va faire très mal dans les comptes », ajoute Thierry Decool. Certaines entreprises se tournent alors vers les transporteurs routiers.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire