La Bourse de Paris se cramponne à l’optimisme commercial (+0,37%)


La Bourse de Paris cheminait précautionneusement dans le vert (+0,37%) vendredi à mi-séance, guidée par une reprise des espoirs sur le dossier commercial en attendant des chiffres sur le marché du travail américain.

A 13H55 (12H55 GMT), l’indice CAC 40 prenait 21,32 points à 5.822,87 points, dans un volume d’échanges de 1,1 milliard d’euros. La veille, l’indice avait terminé quasiment à l’équilibre (+0,03%).

La cote parisienne est restée modérément dans le vert depuis l’ouverture.

Wall Street s’apprêtait à ouvrir en territoire positif. Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 0,18%, celui sur l’indice élargi S&P 500 0,17% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,28%.

« L’optimisme prudent lié au commerce sino-américain porte les marchés européens », commente David Madden, analyste chez CMC Markets.

Le président américain Donald Trump a assuré jeudi avoir « de très bonnes discussions avec la Chine » alors qu’il avait laissé entendre mardi qu’un accord avec Pékin pourrait être reporté après la présidentielle américaine de 2020.

« Nous avons déjà entendu ce discours et M. Trump court le risque d’être le garçon qui crie au loup », estime M. Madden.

L’évolution, régulièrement contradictoire, des négociations commerciales, rythme les marchés depuis des mois.

« Ces hésitations sont renforcées par la perspective du 15 décembre, date à laquelle des droits de douane supplémentaires doivent être mis en place par les Etats-Unis sur les importations chinoises », souligne de son côté Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

« Les investisseurs seront attentifs aujourd’hui aux chiffres de l’emploi américain. Ils permettront une nouvelle fois d’évaluer l’impact du conflit commercial avec la Chine sur l’économie américaine », ajoute-t-il.

En plus des tensions commerciales, la Chine a annoncé vendredi des mesures de « rétorsion » contre les diplomates américains présents sur son sol, ces derniers devant dorénavant prévenir les autorités avant de rencontrer des responsables ou des experts.

Les relations se sont encore dégradées ces dernières semaines après des votes du Congrès américain dénonçant la politique chinoise à Hong Kong et dans la région à majorité musulmane du Xinjiang (nord-ouest).

Les militants pro-démocratie comptent de nouveau descendre en masse dimanche dans les rues de l’ex-colonie britannique pour un grand rassemblement censé offrir aux autorités une « dernière chance » de répondre à leurs revendications.

– SMCP et Ipsen sévèrement punis –

SMCP chutait de 21,2% à 8,46 euros après avoir abaissé son objectif de marge d’Ebitda ajusté pour 2019 en raison principalement d’une « forte détérioration » du marché à Hong Kong.

Ipsen s’effondrait de 20,2% à 77,65 euros à cause de la suspension partielle de plusieurs études portant sur le palovarotène, une molécule prometteuse destinée à traiter des maladies osseuses rares.

Tarkett dévissait de 7,08% à 12,73 euros après avoir révisé en baisse ses objectifs de résultats pour 2019.

En revanche, Pernod Ricard profitait (+0,71% à 162,40 euros) d’un relèvement de la recommandation de Citi sur le titre à « achat » contre « neutre » auparavant.

Airbus cédait 0,52% à 126,34 euros. Le géant aéronautique a livré 77 avions et enregistré 222 commandes au cours d’un mois de novembre faste après un octobre déjà historique.

Schneider Electric avançait de 1,08% à 89,66 euros à la suite de la vente de Converse, un spécialiste allemand de la construction de sites électriques, au géant du BTP Vinci qui gagnait 0,37% à 97,52 euros.

GTT gagnait 0,69% à 80,35 euros après avoir obtenu un contrat auprès du coréen Samsung pour la conception de cuves dans deux futurs navires.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire