La Bourse de Paris accroît ses gains en espérant un accord commercial (+0,69%)


La Bourse de Paris accroissait ses gains jeudi à la mi-journée (+0,69%), toujours portée par l’espoir de voir les Etats-Unis et la Chine signer rapidement un accord commercial partiel.

A 13H19 (12H19 GMT), l’indice CAC 40 prenait 39,99 points à 5.839,67 points, dans un volume d’échanges de 840 millions d’euros. La veille, il avait gagné 1,27%, rattrapant environ la moitié de ses larges pertes des deux séances précédentes.

La cote parisienne a débuté timidement à l’équilibre avant de s’enhardir davantage au cours de la matinée.

Wall Street s’apprêtait à ouvrir dans le vert. Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 0,41%, celui sur l’indice élargi S&P 500 0,37% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,46%.

« L’aversion au risque s’est nettement repliée hier » et « dans l’immédiat, les marchés apparaissent moins inquiets de l’évolution du conflit commercial sino-américain et donc d’une sévère correction », a souligné Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

Chinois et Américains restent « en contact étroit » pour tenter de parvenir à un accord commercial, a assuré jeudi Pékin, alors que les deux pays traversent une phase de turbulences diplomatiques.

L’agence Bloomberg, citant des sources proches des négociations, avait également indiqué mercredi que les deux premières puissances mondiales s’étaient rapprochées d’un texte, qui pourrait voir le jour avant la nouvelle vague de surtaxes douanières américaines prévue le 15 décembre.

Ces informations ont contrebalancé les craintes générées la veille par Donald Trump, qui a laissé entendre qu’un accord avec Pékin pourrait être reporté après la présidentielle américaine de 2020 et l’annonce dans la nuit de mercredi à jeudi d’une nouvelle plainte de Huawei aux Etats-Unis contre sa mise à l’écart d’un fonds fédéral destiné à développer les infrastructures de télécommunications en zones rurales.

Du côté des indicateurs, les commandes industrielles en Allemagne ont reculé en octobre.

Les chiffres définitifs de la croissance en zone euro pour le 3e trimestre et les ventes au détail pour octobre sont aussi à l’agenda, tout comme aux Etats-Unis la balance commerciale pour octobre et les commandes industrielles pour le même mois.

– Coface en tête –

Sur le terrain des valeurs, Coface restait en tête de l’indice SBF 120 avec un bond de 6,59% à 10,68 euros, profitant de l’annonce de l’autorisation donnée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) d’utiliser son modèle interne partiel pour le calcul de son besoin de capital réglementaire en matière de solvabilité, une étape clé dans la réalisation de son plan pour améliorer l’efficacité de son modèle.

Euronext gagnait 0,22% à 69,50 euros après l’annonce d’un accord en vue du rachat de 66% du scandinave Nord Pool, deuxième marché européen pour le négoce de l’électricité, valorisé à 850 millions de couronnes (environ 84 millions d’euros).

Derichebourg bondissait de 8,63% à 3,37 euros, grâce à des résultats supérieurs aux attentes des analystes même si son bénéfice net et son chiffre d’affaires ont reculé durant son exercice décalé 2018-2019, du fait d’éléments exceptionnels et du conflit commercial sino-américain.

Française des Jeux (FdJ) gagnait 0,43% à 22 euros. Le succès s’est confirmé pour l’entrée en Bourse du groupe, avec l’annonce mercredi du déblocage d’un paquet de titres supplémentaires gardés en réserve pour satisfaire la forte demande.

Oeneo avançait de 3,04% à 11,54 euros, porté par une forte hausse de son bénéfice net au premier semestre de son exercice décalé 2019-2020, une progression rendue possible par sa division bouchons.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire