il n’est pas prouvé qu’« El Mimo » a été assassinée



La mort de cette femme a tout de suite été attribuée aux forces de l’ordre chiliennes. Pire, très vite, la rumeur a affirmé qu’elle avait également été violée et torturée : « Elle a été vue en vie la dernière fois au moment où des carabiniers étaient en train de l’emmener. Elle est réapparue pendue, avec des marques montrant qu’elle avait été violée et torturée », a-t-on ainsi pu lire. De nombreux médias ont relayé cette version d’un assassinat policier. Et le symbole a franchi les frontières. En France, des hommages lui ont été rendus pendant la marche Nous Toutes, le 23 novembre.

Pourtant, rien ne vient confirmer cette thèse, au contraire. Un mois après la découverte du corps de la Mimo, un collectif féministe d’avocates chiliennes a publié un message sur les réseaux sociaux pour dénoncer les « fausses informations » qui ont circulé sur l’affaire. « Elle aurait laissé une lettre expliquant les raisons d’un suicide éventuel et aucun signe évident de torture ou d’agression sexuelle n’a été trouvé ». la même source ajoute que La Mime n’a pas non plus été arrêtée. Et le parquet de la région Métropole Sud indique lui à Désintox que la mort d’El mimo est répertoriée comme un suicide.

Preuve que dans cette affaire, la confusion est totale : la photo d’El Mimo qui circule depuis un mois n’est pas une image de l’artiste. Mais d’une jeune femme qui s’était déguisée et maquillée comme elle pour lui rendre hommage !

Retrouvez Désintox du lundi au jeudi, dans l’émission 28 Minutes sur Arte, présentée par Elisabeth Quin.
Sur Facebook : https://www.facebook.com/28minutes/
Sur YouTube : https://www.youtube.com/user/28minutesARTE
Sur Instagram : https://www.instagram.com/artedesintox/
Sur le site d’Arte : http://28minutes.arte.tv/

A lire aussi





francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire