Ça s’est passé un 5 décembre : Klay Thompson plante 60 points avec… seulement 11 dribbles !


Il y a quelques jours, on s’enflammait sur les 60 points en 31 minutes de James Harden face à Atlanta. Mais il y a trois ans, Klay Thompson avait fait mieux. L’arrière shooteur des Warriors avait atteint la même marque en… 29 minutes seulement. Le plus dingue ? Il n’avait dribblé que 11 fois ! Le roi du « catch-and-shoot » avait frappé, et c’est la défense des Pacers qui avaient pris cher avec 146 points encaissés.

« Je ne sais même pas quoi dire. Je n’ai jamais vu ça. En 29 minutes ? Sans même jouer le quatrième quart temps ? C’est du jamais vu » avait réagi Kevin Durant, qui venait d’arriver aux Warriors. « J’ai vu Kobe marquer 81 points ou 62 en trois quart temps mais être dans la même équipe, sur le banc, et en être témoin, c’est complètement dingue ! »

Ce soir-là, Thompson plante 17 points dans le 1er quart-temps, puis 23 dans le deuxième. Il en est donc déjà à 40 points à la pause en… 18 minutes ! « On n’arrêtait pas de lui filer la balle, encore et encore » expliquait Durant. « Il a mis des tirs de fou. On essayait juste de l’encourager et de l’aider à atteindre les 60. Il était dans sa zone mais à chaque fois qu’on le poussait, ça lui donnait un peu plus d’énergie. C’était tellement plaisant à voir ! »

« Steph était comme un gosse de voir Klay enquiller les paniers »

Dans le 3e quart-temps, Thompson en ajoute 20 de plus, avec au final un 8 sur 14 à 3-points. Steve Kerr arrête le massacre, et le rappelle sur le banc. Le compteur s’arrêtera à 60. « Depuis que je suis arrivé, la force principale de notre équipe c’est d’avoir de multiples joueurs qui peuvent passer la balle et créer pour les autres. Dès que Klay a pris feu, Steph, KD, Draymond, Zaza, Andre, ils le cherchaient tous » confirmait le coach des Warriors. « Pour un coach, c’est gratifiant de voir ce genre d’altruisme. Steph était sur le banc dans le deuxième quart temps, à un sur cinq à 3-points, et il était comme un gosse de voir Klay enquiller les paniers. Pareil pour KD. Les célébrations du banc montrent vraiment quelle type d’équipe on a. Ils aiment voir leurs coéquipiers réussir. »

Quant à l’intéressé, il savourait cet altruisme et ne retenait qu’un chiffre : les 45 passes décisives de son équipe. « Ça fait plaisir de voir vos coéquipiers être heureux pour vous. Je n’aurais pas pu réaliser une telle performance sans eux. Les écrans de Zaza et Draymond m’ont offert des tirs faciles et c’est comme ça que j’ai trouvé mon rythme. Tout le monde est altruiste. Que ce soit KD, Zaza, D. West, et tous les autres joueurs qui sont arrivés cet été, ils se foutent de leurs stats. Ils veulent juste gagner et c’est pour ça qu’ils sont venus. (Il regarde la feuille de stats) 45 passes décisives ! C’est dingue. Est-ce que les Lakers de l’époque du Showtime ont fait un truc pareil ? »

Pas besoin d’aller chercher aussi loin, la semaine d’avant, ces mêmes Warriors avaient déjà fait mieux avec 47 passes décisives. Contre qui ? Les Lakers…



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire