Brune Poirson lance le label « plage sans déchets plastiques »



Des containers de tri en entrée de plage, l’expérimentation de consignes dans les restaurants, l’intégration de l’obligation « zéro déchet plastique » dans les cahiers des charges des événements, ou encore la promotion d’actions citoyennes de ramassage, les communes qui totalisent cinq actions au minimum, parmi les 15 engagements proposés par le ministère de la Transition écologique, se verront attribuer le tout nouveau label « plage zéro déchet plastique. »

La secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire était lundi 5 août à la Seyne-sur-Mer, dans le Var, pour lancer une nouvelle charte. Celle-ci vise à récompenser d’un label les plages 0 % déchets plastiques. Le document compte quinze engagements et les communes pourront être labellisées à partir de cinq actions mises en place autour de trois axes majeurs : sensibiliser, prévenir et ramasser.

Le gouvernement valorisera par exemple les sites qui auront mis en place des actions de sensibilisation à destination des enfants ou qui auront mobilisé les commerçants pour qu’ils n’utilisent pas de plastique à usage unique. Autres propositions : expérimenter la consigne avec des restaurateurs locaux, intégrer l’obligation zéro plastique dans les cahiers des charges des événements, former 30 % du personnel chargé de l’entretien des plages ou encore adapter la fréquence de ramassage des poubelles.

80 % des déchets marins proviennent de la terre

« Aujourd’hui, 80 % des déchets marins proviennent de la terre et 75 % d’entre eux sont des déchets plastiqueSacs à usage unique, emballages, mégots sont les déchets les plus répandus dans nos océans », rappelle Brune Poirson. « Le niveau local est primordial. De nombreuses collectivités sont déjà très engagées et l’objectif de cette charte est de les valoriser, de les regrouper et de pousser celles qui le souhaitent à en faire de même. C’est une demande forte des Français ». 

Plusieurs villes ont déjà manifesté leur souhait de signer la charte dès cet été comme Le Grau-du-Roi, Le Lavandou, Vias, Poggio-Mezzana, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Pornic, Perros-Guirec, Boulogne-sur-Mer, Saint-Mandrieu ou encore Les Anses-d’Arlet.

Le gouvernement va interdire à compter du 1er janvier prochain les objets en plastique à usage unique. Il s’est fixé comme objectif « zéro plastique rejeté en mer d’ici 2025 ». Une gageure alors que la Méditerranée est la mer la plus polluée d’Europe. La France, qui est le première producteur de déchets dans la région, en rejette 11 200 tonnes chaque année, selon l’ONG WWF France.

Concepcion Alvarez @conce1





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire