Al Horford conscient qu’il doit améliorer sa relation technique avec Joel Embiid


Cette saison, les trois meilleurs matches au scoring d’Al Horford (à Detroit, Portland et Phoenix) l’ont tous été quand Joel Embiid était absent. C’est une statistique qui peut se lire d’une double façon. La première : les Sixers peuvent compter sur l’ancien joueur de Boston pour élever son niveau dès lors que le pivot All-Star est bloqué sur le banc. Une excellente nouvelle alors que l’équipe souffrait sans Joel Embiid la saison passée. La seconde : il ne parvient pas à évoluer sous son meilleur jour aux côtés d’un joueur comme le pivot camerounais.

Statiquement, une association qui fonctionne bien (surtout en défense)

Visiblement, à Philadelphie, on accepte les deux lectures et on pense que la seconde commence, petit à petit, à se corriger. « Je le pense », assure Brett Brown, sur l’adaptation de mieux en mieux réussie par l’ancien All-Star d’Atlanta. « Il ne faut pas imaginer que ça va se faire simplement parce qu’il est bon. Il est très collectif et il essaie de s’adapter. Il n’est pas gourmand. C’est un vrai coéquipier. Donc il essaie de trouver sa place en pensant aux autres. De plus, il évolue dans une nouvelle ville, une nouvelle équipe et il le fait avec une grande classe. »

Depuis trois semaines et avec huit victoires en neuf matches, les Sixers montent en puissance.

Les deux hommes ont évolué ensemble pendant 223 minutes depuis le début de saison, et sur 100 possessions, les Sixers inscrivent alors 10.9 points de plus que leur adversaire (104.8 points marqués, 93.9 encaissés). Le chiffre en défense étant particulièrement impressionnant.

Al Horford a ralenti son rythme de shoot à 3-points, par rapport au début de saison. Il est par contre toujours aussi précieux sur les situations d’écran et au poste haut, avec sa superbe lecture de jeu. « C’est utile de faire ce qu’on sait bien faire, c’est-à-dire le pick-and-pop et le pick-and-roll », explique l’ancien des Hawks et des Celtics. « On doit encore apprendre à se connaître, à comprendre comment chacun joue. »

Utilisé comme un couteau-suisse

Surtout que l’intérieur n’a pas le même rôle selon la présence ou non de Joel Embiid. Dans le premier cas, c’est un poste 4 qui s’adapte à son coéquipier alors que dans le second, il est pivot dans une formation plus rythmée.

« Le coach a mis l’accent sur le fait qu’on se doit de jouer plus vite quand Embiid n’est pas là », poursuit-il. « C’est la force de cette équipe, de mettre la pression sur la défense. On peut sortir les muscles, jouer sur demi-terrain, puis dans le sens inverse, courir et créer le désordre. C’est une force d’être capable de faire les deux. »

Au final, quelle conclusion peut-il tirer de ces premiers matches avec le Camerounais ? « Je nous donnerais la note de B- (l’équivalent d’un 13/20). On a encore du pain sur la planche, non seulement lui et moi, mais le groupe de manière générale. On fait des progrès. L’aspect positif, c’est qu’on n’est encore qu’en décembre. »

Al Horford Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2007-08 ATL 81 31 49.9 0.0 73.1 3.1 6.6 9.7 1.5 3.3 0.7 1.7 0.9 10.1
2008-09 ATL 67 34 52.5 0.0 72.7 2.2 7.2 9.3 2.4 2.8 0.8 1.5 1.4 11.5
2009-10 ATL 81 35 55.1 100.0 78.9 2.9 7.0 9.9 2.3 2.8 0.7 1.5 1.1 14.2
2010-11 ATL 77 35 55.7 50.0 79.8 2.4 7.0 9.3 3.5 2.5 0.8 1.6 1.0 15.3
2011-12 ATL 11 32 55.3 0.0 73.3 2.4 4.6 7.0 2.2 1.9 0.9 1.5 1.3 12.4
2012-13 ATL 74 37 54.3 50.0 64.4 2.6 7.6 10.2 3.2 2.2 1.1 2.0 1.1 17.4
2013-14 ATL 29 33 56.7 36.4 68.2 2.3 6.1 8.4 2.6 1.9 0.9 2.2 1.5 18.6
2014-15 ATL 76 31 53.8 30.6 75.9 1.7 5.4 7.2 3.2 1.6 0.9 1.3 1.3 15.2
2015-16 ATL 82 32 50.5 34.4 79.8 1.8 5.5 7.3 3.2 2.0 0.8 1.3 1.5 15.2
2016-17 BOS 68 32 47.3 35.5 80.0 1.4 5.4 6.8 5.0 2.0 0.8 1.7 1.3 14.0
2017-18 BOS 72 32 48.9 42.9 78.3 1.4 5.9 7.4 4.7 1.9 0.6 1.8 1.1 12.9
2018-19 BOS 68 29 53.5 36.0 82.1 1.8 5.0 6.7 4.2 1.9 0.9 1.5 1.3 13.6
2019-20 PHL 19 31 48.3 37.3 68.6 2.0 5.1 7.1 4.1 2.2 1.1 1.2 1.0 14.5
Total   805 33 52.4 36.8 75.3 2.2 6.2 8.4 3.3 2.3 0.8 1.6 1.2 14.1



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire