[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes



Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais pour tous nos organes, cerveau compris.

De la tête aux pieds, la pollution de l’air affecte tous nos organes et pas seulement nos poumons, selon une étude publiée par des chercheurs américains du Forum of International Respiratory Societies (FIRS) dans la revue médicale Chest. En cause, les nanoparticules, mesurant moins de 2,5 micromètres. Elles se déplacent à travers le système sanguin et s’attaquent au foie, à la peau, aux os…

« La pollution de l’air peut endommager intensément comme de façon chronique, en affectant potentiellement tous les organes du corps », écrivent les scientifiques du FIRS. « Les particules ultrafines passent à travers [la barrière pulmonaire], sont facilement capturées par les cellules et transportées par le sang, pour exposer ensuite toutes les cellules du corps », ajoutent-ils.

Plus de 70 000 articles à charge

Ces microparticules proviennent du chauffage au bois, des moteurs diesel et de l’industrie. Elles seraient ainsi responsables de plus de quatre millions de décès dans le monde selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et pourraient être la cause de diabète, démence, problèmes hépatiques, cancer de la vessie, fragilisation de la peau et des os, baisse de la fertilité… Il y aurait même un lien avec Parkinson et l’autisme.

« Cela vient s’ajouter aux preuves très lourdes que nous avons déjà. Plus de 70 000 articles scientifiques démontrent que la pollution de l’air affecte notre santé. Pour les problèmes tels que la maladie de Parkinson ou l’autisme, pour lesquels il existe des preuves, mais peut-être pas de liens très forts, les preuves solides sont en train d’émerger”, a déclaré le Dr Maria Neira, directrice de la santé publique et de l’environnement à l’OMS. Plus de 90 % de la population mondiale est exposée à un air toxique.            

Concepcion Alvarez, @conce1





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire