Les Rockets s’adaptent déjà aux prises à deux sur James Harden


Comme les Mavericks, le Heat ou encore les Clippers avant eux, les Hawks avaient l’ambition de coller deux joueurs sur James Harden, pour l’obliger à faire des passes et ainsi éviter de prendre 35 ou 40 points dans la tête.

Cela n’a vraiment pas marché puisque les joueurs de Lloyd Pierce ont subi une leçon de la part de James Harden, qui a terminé avec 60 points à 16/24 au shoot. Clairement, les Rockets ont mieux abordé les prises à deux sur le MVP 2018, bien aidés par les mauvaises rotations des Hawks. Quelques matches ont été nécessaires aux Texans.

« C’est un peu la même chose que la saison passée, quand ils évoluaient sur les épaules de James », assure Austin Rivers au Houston Chronicle. « Au début, on ne sait pas vraiment ce qu’on fait. Après un moment, c’est déjà mieux. Maintenant, quand les prises à deux arrivent, on les punit. Ce n’est pas possible de nous arrêter, on a trop d’armes offensives. Avec Harden, on va avoir des tirs à 3-pts ouverts. »

Contre les Hawks, 43 tirs à 3-pts des Rockets ont été tentés avec un défenseur le plus proche à plus d’un mètre pour contester. Ou comment shooter dans un fauteuil, ce qui explique le très propre 25/51 dans ce domaine.

« On affronte ce type de défense donc on commence à la connaître, on sait où se trouvent les joueurs pour mettre des tirs », constate le double meilleur marqueur de la ligue en titre.

Malin, James Harden a pris son temps pour remonter la balle et sentir les prises à deux venir dès le milieu de terrain. Résultat : les Rockets se retrouvaient en situation de quatre-contre-trois sur demi-terrain. Une bonne lecture et, en une ou deux passes, et Houston peut s’offrir un bon shoot. « Plus on va observer cette défense, mieux Harden s’en accoutumera », annonce Mike D’Antoni. « Les autres seront en bonne position. Ce sera plus facile. Ils bougent et créent des espaces pour que James puisse les trouver. On peut avoir des tirs primés dans les coins. »

De quoi faire remonter le pourcentage de réussite à 3-pts de Houston. Surtout qu’Eric Gordon est toujours absent. Cette saison, avec 34% de réussite, les Texans sont seulement la 25e équipe la plus adroite de la ligue alors qu’ils en sont les plus gros consommateurs.



basketusa

A lire aussi

Laisser un commentaire