Chevron, Shell, Total… Ces 20 entreprises qui émettent un tiers des émissions de CO2 mondiales



Publié le 11 octobre 2019

Elles sont seulement vingt et émettent 35 % des émissions mondiales depuis 1965. Le Guardian vient de publier une vaste enquête révélant le nom de ces vingt entreprises, toutes du secteur de l’énergie, qui ont émis 480 milliards de tonnes de CO2. Dans le top 3 on retrouve Saudi Aramco, Chevron et Gazprom. Au total, douze des vingt sociétés épinglées sont des sociétés où l’État est actionnaire. Seule française, Total, qui trône à la 17e place. 

C’est un classement qui va faire parler de lui. Le journal britannique The Guardian vient de publier une vaste enquête dans laquelle il révèle le nom des 20 entreprises qui ont émis pas moins de 480 milliards de tonnes de CO2, soit 35 % des émissions mondiales depuis 1965. Le quotidien s’appuie sur une étude du Climate Accountability Institute publiée le 8 octobre.

Sur le podium, on retrouve la compagnie saoudienne Saoudi Aramco avec 59,26 milliards de tonnes de dioxyde de carbone émis, soit 4,38 % des émissions mondiales, suivi par l’américaine Chevron qui a généré 43,35 milliards de tonnes de CO2 et sur la troisième place la russe Gazprom avec 43,23 milliards.

90 % des émissions proviennent de la consommation 

« La grande tragédie de la crise climatique est que sept milliards et demi de personnes doivent en payer le prix, sous la forme d’une planète dégradée, pour que deux douzaines d’entreprises polluantes puissent continuer à réaliser des profits records. C’est un grave échec moral de notre système politique que de laisser cela se produire« , a commenté Michael Mann, un des experts mondiaux en science du climat.

Pour établir cette liste, les chercheurs se sont fondés sur la production annuelle de charbon, de gaz et de pétrole de chaque entreprise. Ils ont ensuite calculé la quantité de carbone et de méthane émis de l’extraction à l’utilisation finale donc tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Au total, 90 % des émissions de ces entreprises proviennent de l’utilisation des produits notamment par les consommateurs et seulement 10 % de l’extraction, du raffinage et de la livraison des carburants.

« Même si les consommateurs du monde entier, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises, sont les principaux émetteurs de dioxyde de carbone, le Climate Accountability Institute concentre ses travaux sur les entreprises de combustibles fossiles qui, à notre avis, ont leur mot à dire dans la détermination du taux des émissions de carbone et le passage aux combustibles non carbonés », explique au Guardian Richard Heede, auteur de l’étude.

Total à la 17e place

Douze des vingt entreprises épinglées sont détenues par l’État comme Saudi Aramco, Gazprom ou Petro China. Par ailleurs, Total, seule société française, occupe la 17e place. Si les chercheurs ont choisi 1965 comme point de départ, c’est que cette date correspond à la publication des premières études sur l’impact des énergies fossiles sur le dérèglement climatique. Mais attention, prévient la compagnie pétrolière française dans une réponse au Guardian, « Total est pleinement conscient des défis posés par le changement climatique, reconnaît publiquement le lien entre les gaz à effet de serre et le changement climatique depuis plusieurs décennies, et ne s’est jamais engagé dans des « campagnes de désinformation ».

On sait que plusieurs compagnies pétrolières ont financé des campagnes pour instiller le doute quant à la réalité du réchauffement climatique. Geoffrey Supran, chercheur à Harvard et au MIT a décortiqué la stratégie d’Exxon Mobil en la matière. « Il y a eu un tournant à la fin des années 1980. En 1988, le climatologue de la Nasa James Hansen a témoigné devant le Congrès américain et a mis les décideurs politiques en demeure au sujet du réchauffement climatique. (…) Et c’est précisément à ce moment qu’Exxon Mobil et d’autres ont commencé à promouvoir le déni climatique », explique-t-il dans l’Echo. 

Marina Fabre, @fabre_marina





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire