Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire



Publié le 06 novembre 2019

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d’être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se mobiliser pour sauver leurs plages, sanctuaires de biodiversité.

Le cliché a fait le tour du monde et résume le drame qui touche le Brésil depuis trois mois. Il montre un jeune garçon, sortant de l’eau, couvert de pétrole, les yeux fermés, les bras ouverts et le torse recouvert d’un sac poubelle souillé. Depuis la fin juillet, une mystérieuse marée noire a pollué plus de 200 plages du touristique Nordeste, où se trouve la célèbre ville de Salvador di Bahia.

 

« Le pire est à venir« , a déclaré Jair Bolsonaro, dans un entretien à la chaîne de télévision Record. « Ce qui est arrivé et a été ramassé jusqu’à présent est une petite quantité de ce qui a été déversé. » Le président brésilien évoque un « acte criminel » et pointe du doigt un pétrolier battant pavillon grec, baptisé « Bouboulina ». Auparavant, le gouvernement avait déjà fait savoir que le pétrole avait pour origine le Venezuela.

La société gérante du pétrolier, Delta Tankers, a démenti en bloc ces accusations. Le navire, qui reliait le Venezuela à la Malaisie, « est arrivé à sa destination sans avoir eu aucun problème pendant son voyage et a déchargé l’ensemble de sa cargaison sans aucune perte », a indiqué un communiqué de la société. Quatre autres navires de différents pays figureraient également sur la liste des suspects.

1 000 tonnes de pétrole collectées

Quelque 2 000 kilomètres de côtes ont été touchés, notamment dans la région d’Abrolhos, près de Bahia, sanctuaire pour les baleines à bosse et pour des formations corallines uniques au monde. « Cette catastrophe environnementale a atteint des estuaires, des mangroves et des embouchures de rivières dans tout le nord-est du Brésil, provoquant des dommages pour les activités de la pêche, de l’aquaculture et du tourisme« , a expliqué la police dans un communiqué.

Plusieurs dizaines de tortues, d’oiseaux ou de dauphins sont déjà morts à cause de la marée noire, qui s’avance désormais vers les zones de migrations de baleines. Des milliers de volontaires se mobilisent chaque jour pour ramasser les galettes de mazout et des dizaines de cas d’intoxication au pétrole ont été signalés. À ce jour, 1 000 tonnes de résidus auraient été collectés.

Cette marée noire intervient alors que le gouvernement de Bolsonaro est critiqué pour sa politique environnementale inexistante, prenant notamment des mesures favorisant la déforestation de l’Amazonie (+93 % de janvier à septembre). Une enquête de O Globo démontre que le gouvernement a attendu 41 jours, après l’apparition des premières galettes sur les plages, pour déclencher le plan national d’urgence et plus de 50 jours pour mobiliser les militaires.  

Concepcion Alvarez @conce1   





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire