E. Macron va crer un nouveau conseil de dontologie journalistique qui menace surtout les journalistes libres !


Le nouveau Conseil de Déontologie Journalistique et de Médiation (CDJM) qui devrait être certainement opérationnel en Janvier 2020 se veut parmi d’autres être un outil pour la lutte contre les « Fake News » et vise particulièrement les médias libres ! Est-ce crédible quand on sait que le gouvernement a eu recours à des maintes reprises aux Fake News si non aux dénis de la réalité ?


 

Citation du site web francais.rt.com :

A l’initiative du gouvernement, un Conseil de déontologie journalistique et de médiation va voir le jour le lundi 2 décembre 2019. 19 rédactions, dont l’AFP, Europe 1, Le Figaro, TF1 ou Mediapart s’opposent au projet et refusent d’y participer. Sous l’impulsion du gouvernement Macronien, un Conseil de Déontologie Journalistique et de Médiation (CDJM) sera lancé officiellement le 2 décembre 2019 avec son assemblée générale fondatrice. A l’instar de l’AFP, France Inter, TF1, Europe 1, Le Figaro ou Mediapart, 19 sociétés de journalistes et de rédacteurs refusent d’y participer et le font savoir le 29 novembre à travers un communiqué. « C’est un machin gouvernemental monté par des apparatchiks qui veulent donner des leçons aux autres et qui répondent aux ordres d’Emmanuel Macron », s’est insurgé auprès de l’AFP le 29 novembre Etienne Gernelle, directeur du Point.

source

Le 11 octobre 2018, l’ex-ministre de la Culture Françoise Nyssen avait confié à Emmanuel Hoog, alors ancien directeur de l’AFP, une mission en vue de la création d’une « instance de déontologie » de la presse. Le Lundi 2 décembre, aura effectivement lieu l’assemblée fondatrice de ce nouvel organisme « soi-disant » totalement « indépendant« , au cours de laquelle les statuts seront votés et un conseil d’administration composé de 30 membres répartis à égalité entre des journalistes, des éditeurs, et des membres du public sera désigné. L’objectif étant que ce Conseil soit parfaitement opérationnel en janvier 2020.
source

Je pense que tout le monde aura compris que ce nouveau conseil d’administration sera composé EXCLUSIVEMENT de représentants des grands médias. Ce sont donc très majoritairement des représentants des grands médias donc de l’oligarchie financière !

Ce « Conseil de Déontologie Journalistique et de Médiation » (CDJM) se veut être entre autres un outil pour la lutte contre les « Fake News« .

On sait ce que le gouvernement entend par « fake news« , des informations qui dérangent l’oligarchie financière et pas les fake news émanent de la presse française, ni celles du gouvernement qui concernant entre autres la guerre en Syrie, les fake news sur l’Ukraine, sur la Russie, sur les gilets jaunes, etc.

« Le CDJM n’est pas le CSA et il a au contraire pour vocation de se dégager du CSA« . « Le CSA est un organisme administratif qui a un pouvoir de sanction. Or, le CDJM refuse tout pouvoir de sanction au nom de « la liberté d’informer ».
source

Mais alors que le mouvement des Gilets jaunes a porté la défiance du public envers les médias à de nouveaux sommets, un rapport commandé par le ministère de la Culture à Emmanuel Hoog, ex-PDG de l’Ina (Institut national de l’audiovisuel) et de l’AFP, a relancé cette année l’idée d’un tel conseil.
source

Et tiens c’est donc le mouvement des gilets jaunes qui avait contribué à faire reculer la confiance des français envers les grands médias !

Concrètement, n’importe qui pourra saisir le CDJM (qui pourra même s’autosaisir) s’il pointe un problème de déontologie sur un média. Sachant qu’une plainte ne pourra être reçue qu’après publication ou diffusion du dit article. « Il ne s’agira jamais d’un acte de censure préalable« , fait savoir Patrick Eveno.
source

Au Conseil de déontologie de procéder alors à un dialogue entre le ou les plaignants, le média et le journaliste mis en cause. Une fois éliminées les questions liées à la ligne éditoriale et au choix rédactionnel qui sont « parfaitement libres », restent l’atteinte à la personne ou encore la divulgation d’une fausse information.
source

Franchement croyez-vous vraiment qu’une plainte pour fake news, déposé par un média libre, contre un des grands médias aboutira, quand la composition du conseil d’administration du CDJM est faite uniquement par des représentants de grands médias ?
En tout cas pas moi !

Mon interprétation de toutes ses citations c’est que la véritable cible du CDJM sont en première ligne les médias libres, les journalistes libres … et je suppose qu’ils, les médias libres, ont même pas été invité par le gouvernement Macron pour y participer à la réunion de ce lundi !

En fait, Mediapart est-il vraiment un média indépendant sachant que Xavier Niel en détient des parts ? Et non, Mediapart n’est pas un media indépendant.
 

Reste un point à éclaircir, le financement du CDJM
Aujourd’hui, le modèle est ouvert, sachant que les cotisations des adhérents seules ne suffiront pas. Patrick Eveno table sur les aides d’administration comme l’Etat, l’Union Européenne, l’Unesco, voire même des fondations et peut-être même du crowdfunding.
source

Et tant que nous sommes pourquoi ne pas s’adresser aux fondations de George Soros comme Open Society … et bonjour l’indépendance quand les financements, les fonds, proviennent de la part de l’UE voire de l’état français ! Peut-on appeler ce type de financements indépendantes ?

Déjà à la base la plupart des dites » journalistes » des grands médias, je dirais plutôt des propagandistes, ne connaissent même pas la véritable charte déontologique des journalistes, la charte de Munich. Je constate que dans aucun des articles de la grande presse au sujet du CDJM que j’ai scruté ils évoquent la charte de Munich et encore moins le gouvernement Macron !

Les dix devoirs de la charte de Munich

1. Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.

2. Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique.

3. Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents.

4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.

5. S’obliger à respecter la vie privée des personnes.

6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.

7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.

8. S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.

9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.

10. Refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.

Oui, c’est un comble que ce soit ce gouvernement Macron, qui par sa propagande mensongère, lancé officiellement un Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) le 2 décembre 2019.
Ce gouvernement ne connaît qu’une idéologie et pas de déontologie, celle d’être fidèle et reconnaissant à leurs financiers de la dernière élection présidentielle et d’aligner la politique de la France aux intérêts des ultra-riches !

Un bref regard en arrière sur quelques fake news émanent du gouvernement Macron :

1. Mensonge sur les événements qui se sont produites aux Hôpitaux Universitaires Pitié Salpêtrière

2. Le mensonge ou C. Castaner avait dit « je ne connais aucun policier qui ait attaque des gilets jaunes »

J’invité Mr Castaner de bien vouloir faire un tour sur les deux sites web suivantes

http://lemurjaune.fr

et

Justice doit être rendue aux milliers de victimes des violences policières

3. Les mensonges répètitives sur les chiffres des manifestants gilets jaunes, fausses chiffres relayé sans vérification par les grands médias qui ajoutent au moment de l’annonciation le terme « selon le gouvernement », mais ne communiquant jamais les chiffres publié par le syndicat de policiers en colère et ne mentionnent pas d’autres sources !

 

Samedi 8 décembre 2018 : Gilets jaunes : Christophe Castaner annonce 125.000 manifestants et 1385 interpellations

Le Syndicat France Police – Policiers en colère avait donné une estimation de la participation à 15h30 du samedi 8 décembre 2018 : 520.000 gilets jaunes partout en France métropolitaine alors Castaner annonce seulement 125.000 manifestants !

source

 


Le néo-monarque E. Macron vas créer un nouveau conseil de déontologie qui menace surtout les médias libres !

Après des années de débats enflammés, un « conseil de déontologie journalistique et de médiation » (CDJM) va voir le jour ce lundi en France, une instance qui se veut (soit disant) un début de réponse à la défiance grandissante des citoyens envers les médias, mais qui continue de déchirer la profession.
source

Un des grands médias souligne dans un communiqué que « ce sont les lecteurs qui jugent les journalistes, pas les journalistes qui se jugent entre eux« .

.
Monsieurs les journalistes des grands médias, il ne s’agit pas de vous juger entre vous mais de censurer des critiques émanent des médias libres, il s’agit de censurer voire pousser les gens à l’autocensure ceux qui osent critiquer les agissements du monde de la finance voire ceux qui critiquant le gouvernement Macron si non les critiques envers les grands médias propagandistes eux mêmes. Sachent en plus que ce sont juste ses grands médias appartenant à des multimilliardaires qui ont fortement contribué à la victoire de E. Macron à la dernière élection présidentielle en lui attribuent un temps d’antenne totalement disproportionné !

De plus en plus de lecteurs voire téléspectateurs ont déjà jugé et se tournent de plus en plus vers les médias libres, qui sont hors de la portée du monde de la finance !

« La manière dont se crée aujourd’hui ce CDJM ne nous inspire pas confiance », ajoutent ces organisations, 19 sociétés de journalistes et de rédacteurs, citant la loi sur les fausses nouvelles en période électorale et la loi sur le secret des affaires, qui dérogent selon elles à la loi de 1881.
source

Ce conseil de ladite « déontologie journalistique et de médiation » lance par Macron servira très certainement à museler encore plus la presse voire les médias, dans leur ensemble, c’est-à-dire les médias dominants ainsi les médias libres et je pari avec vous que ce projet de la dite « charte déontologique » du gouvernement Macron se trouvera à une distance qui représente plusieurs années de lumières de la charte de Munich.

La Presse, les médias français retiennent de plus en plus d’informations, la presse et les médias sont muselé, ils nous informent de moins en moins, nous désinforment, ses officines achète par les milliardaires se sont transformé en organes de propagande au service du pouvoir oligarchique. Ce projet a pour objectif de rétrécir encore plus le peu de libertés qui restent encore aux journalistes, des journalistes qui s’autocensurent pour une bonne partie entre eux, par peur de perdre leur travail.

Je soupçonne que la véritable cible de cette mesure ce sont en réalité les médias libres, ce qui représentant pour l’oligarchie la véritable menace, car ils ont suscité un regain grandissant en 2019 parmi les citoyens, surtout les jeunes. Ses dernières années il y a eu une véritable explosion de nouveaux médias, un bon nombre de médias libres ont vu le jour avec le mouvement des gilets jaunes, mouvement qui est tout sauf mort. Ses médias libres sont en quelque sorte des médias de résistance face à un pouvoir qui nous prive de plus en plus d’informations du monde réel et qui est une menace pour nos libertés essentielles, une menace pour la démocratie qui est arrivé à la fin du démantèlement.

Un petit rappel s’impose pour rappeler la perte de deux piliers de libertés essentielles en seulement quelques années :
L’état français a mis la justice sous sa tutelle en 2016, fini l’indépendance de la justice !
Ceci s’est traduit entre autres par plus de 2100 condamnations de gilets jaunes par la justice française, une justice expéditive ou les gilets jaunes sont présumé coupable avec une comparution immédiate les empêchent à préparer leur défense.

A lire : Fin de la séparation des pouvoirs en France
 

Sans y oublier que nos libertés ont été fortement réduites par la mesure de l’état d’urgence PERMANENT laquelle est inscrite dans la constitution française.
L’Assemblée nationale a adopté, mardi 3 octobre 2017, le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. En faisant entrer dans le droit commun l’état d’urgence permanent, une majorité de députés, socialistes compris, a ainsi choisi de sortir la France de l’État de droit. La France adopte sa législation la plus sécuritaire de la Ve République et l’une des plus liberticides d’Europe.
http://www.assemblee-nationale.fr/15/ta/ta0019.asp

Malgré les critiques diverses, le Conseil de déontologie journalistique et de médiation -CDJM- verra finalement le jour en décembre pour être opérationnel en janvier 2020, les dés ont été lancés d’avance, le gouvernement tire tous les registres pour étouffer une colère grandissante de l’ensemble d’injustices qui déferlent sur nous.

Je vous donne rendezvous pour le jeudi 5 décembre 2019 …





Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire