Outcast vs. Peacher: Démons et merveilles – Actu Series



Bien entendu, si de plus en plus de films et de séries télévisées étasuniennes remettent en question Dieu, il faut juste y déceler une phase de remise en question liée au climat actuel de terrorisme et de guerres, et non un véritable rejet profond.

Mais rassurez-vous, nous ne vous proposons pas ici une analyse de la société américaine, passons plutôt au cœur du sujet. Soit une question simple: dans la course à l’audience actuelle entre Preacher et Outcast, qui va emporter le morceau? Nous avons clairement notre petite idée.

Preacher: la prêche à la fuite en Amérique

Il aura fallu pas mal d’années pour que le comics Preacher (lancé en 1995), signé Garth Ennis et Steve Dillon, se voie adapté pour le petit écran. Ceci dit, de la nervosité initiale, saupoudrée de gore, de blasphèmes constant et d’une histoire abracadabrante, il ne reste pas grand-chose.

Pour le moment aucune référence à la démission de Dieu ni à l’hybride né de l’union entre un démon et un ange… faisons simple: la série initiée par Seth Rogen, Evan Goldberg et Sam Catlin ne garde que quelques éléments « chocs » du matériel de base, et tente la piste du produit vaguement dérivé. Une grosse déception pour les fans, et peu d’intérêt pour les non-initiés. Dommage, parce que franchement, le premier épisode donnait le change.

Outcast: Satan bouche un coin


 

Egalement adaptée d’un comics, Outcast séduit nettement plus. Bien entendu il y a de quoi… vu que nous retrouvons derrière la version papier, et sa transposition pour le petit écran Robert Kirkman à qui l’on doit (agenouillons-nous un moment) The Walking Dead, série phare pour AMC. Outcast aborde une fois de plus l’idée de « contamination », et de transformation de l’être humain. Les zombies cèdent la place à d’inquiétants démons.

L’ambiance paranoïaque et la mise en place très progressive de l’histoire relancent la curiosité à chaque épisode. D’autant que les « héros » d’Outcast, un adulte dépressif et traumatisé, traînant avec un prêtre usé, mais toujours prêt à combattre le Mal, forment un duo de chevaliers bien fragiles face à la sombre armée qu’ils doivent affronter à coup d’exorcismes improvisés.

Pas besoin d’un dessin, Outcast pulvérise chaque semaine la mâchoire fragile de Preacher, et il n’y a clairement pas de changement à l’horizon. A moins d’un miracle!



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire