le ministère public requiert la relaxe



Les réquisitions ont été les mêmes qu’en première instance. Vendredi 29 novembre, le ministère public s’est prononcée pour la relaxe du cardinal Barbarin au palais de justice de Lyon, dans le Rhône. « Dans un réquisitoire très juridique, assez implacable même, l’avocat général a repoussé chacun des arguments des parties civiles, notamment sur la vulnérabilité des victimes. Elles étaient majeures et intégrées au moment de la révélation des faits », rapporte le journaliste de France 3 Rhône-Alpes Olivier Michel depuis le palais de justice de Lyon.

Pour l’avocat général, Philippe Barbarin n’a pas cherché a cacher à la justice les crimes sexuels qui auraient été commis par le père Preynat. Les parties civiles de leurs côtés ont très mal vécu le réquisitoire. « Dès ce matin, la plupart ne cachaient pas qu’ils s’attendaient finalement à cette demande de relaxe », conclut le journaliste.

Le JT

Les autres sujets du JT



A lire aussi

Laisser un commentaire