Gotham S02, Arrow S04, Banshee S04, Supernatural S11 – Critique Series



Je vous avoue avoir un peu ramé avec Gotham, est-ce dû à quelques maladies de jeunesse liées à une première saison? L’impossibilité de dissocier cette série du riche historique de Batman (dont je suis fan)? Difficile à dire… Mais l’effort en a valu la peine. Après beaucoup de perplexité, cette série dévouée avant tout à un ville putride, générant corruption, maladie mentale, criminalité improbable, et autres héros à la morale parfois défaillante s’est finalement imposée comme étant un coup de maître. Cette deuxième saison, basée sur deux arcs narratifs différents, explore tous les possibles de la future scène du spectacle de Grand-Guignol génial que vont animer – plus tard – Jim Gordon, Batman, Poisin Ivy, Catwoman, le pingouin. Excellent donc.

Cote: 8,5/10 Extras: featurettes…

Banshee n’aura jamais caché son jeu, n’aura jamais cherché à devenir autre chose qu’une des séries les plus violentes jamais diffusées, et ce sans épisode de concession. A force, le spectateur attendait avec une impatience grave le gros rush d’adrénaline, exutoire. Et c’est avec une logique de brise-glace que la série reste donc plantée pour sa volée de huit dernies épisodes (de cette quatrième saison) dans le microcosme de cette ville mythomane, gérée par un sheriff bidon, mais aux méthodes radicales, souvent expéditives, transformée en site mafieux par les agissements tant des amérindiens que des mormons. Ca cogne, ça casse, et claque jusque dans son grand final que nous ne vous révélerons pas ici, mais qui ne devrait pas décevoir, tant il reste en accord avec l’attente de fans. Une boucle se boucle, avec le bruit d’un uppercut brisant une mâchoire.

Cote: 7,5/10 Extras: featurettes, scènes coupées, commentaires audio…

Et si nous étions usés? Et si, les acteurs, les producteurs, les scénaristes étaient usés? Et si la fraicheur et l’humour étaient usés? Difficile de répondre à cette question tranchée concernant la onzième saison de Supernatural. Ce qui a débuté il y a plus de dix ans comme une sorte de version buddy des X-files, trouvant par la suite sa véritable identité et son souffle, les aventures des frères Winchester, continuent, inexorablement. Rien n’arrête ces frères « maudits », ni la fin du monde, ni la mort, … rien. Bien entendu, tout comme pour The Walking Dead, il est difficile d’envisager une fin, car comment transformer « positivement » une situation désespérée, des personnages meurtris au point de non-retour? Et pourtant, même si l’affection pour Sam et Dean reste sincère, il faudrait songer à la retraite.

Cote: 7/10 Extras: featurettes, scènes coupées, commentaires audio…

Tout va pour le mieux à Chicago, merci de vous poser la question. Eh bien oui, avec une police un peu vérolée (troisième saison de Chicago P.D.), mais efficace, et des hommes du feu (quatrième saison de Chicago Fire) ne reculant devant aucun sacrifice, la « cité des vents » peut s’endormir tranquillement. Le spectateur aussi d’ailleurs, vu que des deux côtés (nous ne parlerons pas ici de la troisième série autour de Chicago, consacrée au milieu hospitalier), et aux intersections (les épisodes crossover), les aventures de nos héros se ressemblent, les situations filent doucement vers le plus, l’amplification… quand atteindrons-nous la démesure, aucune idée. Mais nous en sommes encore loin, et il y a donc encore de bons moments de plaisir à déguster.

 

Cote: 7/10 Extras: featurettes, scènes coupées, commentaires audio…£

Bien que critiquée par certains fans, la quatrième saison de Arrow ne vise pourtant pas forcément à côté de sa cible, il y a certes une petite perte de vélocité (est-ce du au côté plus frénétique de The Flash?), mais rien de trop grave. Profitons-en, surtout, que finalement les produits dérivés de l’éditeur DC Comics tiennent nettement mieux la route que les long-métrages, un peu inégaux.

Cote: 7/10 Extras: featurettes, scènes coupées, bêtisier…

 



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire