Ces chansons qui font l’actu. La chanson, ce n’est pas la justice


Le cardinal Barbarin comparaît devant la cour d’appel de Lyon (Rhône) jeudi 28 novembre 2019. Il conteste toujours sa culpabilité dans la non-dénonciation d’agressions sexuelles. (FRANCE 3)

Vous ne connaissez peut-être pas Non coupable de Claude Righi. Avant d’être directeur artistique aux débuts de Patrick Bruel ou pour des succès de Michel Jonasz ou François Feldman, il a été chanteur. En 1967, il enregistre ce titre qui démontre que la variété, ce n’est pas la justice.

Ces jours-ci sur franceinfo, vous avez entendu les soupçons concernant Michel Fourniret dans l’affaire de la disparition d’Estelle Mouzin, le cinéaste Christophe Ruggia qui se débat contre les accusations portées à son encontre par l’actrice Adèle Haenel, le cardinal Barbarin qui n’a pas soupçonné à temps un curé d’être un prédateur sexuel…

Dans tous ces cas-là, l’opinion est plutôt du côté de l’accusation. La chanson, elle, préfère se ranger du côté des accusés. Et même si les accusés ne sont pas aussi innocents qu’ils le prétendent. 

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :  

Claude Righi, Non coupable, 1967

Jean-Pierre Mader, Faux coupable, 1982

Leny Escudero, Le Suspect, 1978

Strychnine, Le Suspect, 1978

Sexion d’Assaut, Non coupable, 2007

Gérald de Palmas, Innocent, 2013

Miss Knife, Tous coupables, 2012

Vous pouvez également suivre l’actualité de cette chronique sur Twitter. 

Tout cet été, nous avons eu le plaisir d’une longue conversation musicale avec une immense artiste dans La Playlist de Françoise Hardy. 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l’histoire. 





A lire aussi

Laisser un commentaire