Brooklyn Nine-Nine S03, Vinyl, Mr Robot, Killjoys… votre Series review. – Critique Series



La musique revient en force du côté des séries télévisées, avec plus ou moins de bonheur (ou de chance dirons-nous). Nous vous avons déjà parlé de The Get Down de Baz Luhrmann, évoquant le passage de flambeau entre le disco et l’apparition du mouvement hip-hop (rap, graffitis, battles…), et de Roadies, gentille production au parfum « indé », évoquant le quotidien des équipes techniques et de managements entourant un groupe en tournée. Si The Get Down reste critiquable, nous l’avons dégusté avec plaisir, Roadies par contre nous laisse un goût fadasse…

Martin Scorsese, associé au chanteur des Rolling Stones, Mick Jagger, y a également été de sa contribution au milieu musical, adoptant cette fois une forme de feuilleton de fiction plutôt qu’un documentaire (comme il avait pu le faire pour l’histoire du Blues). Vinyl nous évoque la frénésie des années 1970, riches en création, drogue, plans sexe et magouilles diverses (touchant au gangstérisme) dans l’industrie de la musique et ce à travers le vécu du producteur Richie Finestra. Si l’ensemble fonctionne plutôt bien, et avait donné dans un premier temps l’envie aux producteurs de se lancer dans une suite, quatre mois plus tard, tout espoir s’est envolé: HBO ne financera par un Vinyl saison 2.

Cote: 7,5/10 Extras: Making of, commentaires audio…

Nous vous avouons rester perplexes à propos de Brooklyn Nine-Nine… cette série ultra répétitive repose sur des gags plutôt prévisibles, des personnages sans réelle évolution, et des intrigues assez creuses. Malgré cela, le format court en fait un produit parfait pour meubler les temps morts. Et de temps morts en temps morts, vous vous retrouvez à finir une saison, deux saisons, trois saisons… avec finalement un plaisir honteux!

Ce qui n’est pas suffisant pour expliquer l’énorme succès de cette série renouvelée pour une quatrième saison. Rien de neuf sous le soleil donc, mais si vous aimez ça, vous ne serez pas déçus!

Cote: 6,5/10 Extras: Scènes coupées, featurettes…

Alors que la deuxième saison s’achève, la sortie de la première saison de Mr Robot nous permet de revoir avec plus de détails cette histoire en strates et trompe-l’œil. Parfois excellent, parfois un peu en dérive,
Mr Robot reste malgré tout dans son ensemble un essai intéressant, jouant intelligemment sur la « schizophrénie » du personnage principal, et balançant des prises de position politiques dans la veine d’un V pour Vendetta. Nous vous recommandons chaudement cette production qui demande concentration et réflexion.

Cote: 7,5/10 Extras: Scènes coupées, bêtisier, making of…

Dans un futur indéfini, où se côtoient dans une atmosphère tendue continuellement au bord de la guerre des grosses corporations, des sectes religieuses radicales, une police essentiellement composée de chasseurs de prime… il ne fait pas forcément bon vivre!

C’est dans cette ambiance lourde que nous retrouvons la charmante Dutch, accompagnée par les frères Jaqobis. Ils appartiennent à la guilde des Killjoys, les fameux chasseurs de prime. Ce trio hétéroclite aime l’action, ne crache pas sur l’argent, se rebelle face à l’autorité, et s’accorde parfaitement malgré les lourds secrets de chacun.

Evoquant souvent l’excellent – mais sacrifié –  Firefly de Joss Wheddon, (en nettement moins bien), Killjoys possède des effets spéciaux qui sentent un peu le budget étriqué, un humour potache, et de l’action un rien rouillée. A conseiller aux accros de la S-F qui aurait apprécié Defiance par exemple.

Cote: 6/10

En bref:

Petit rattrapage post vacances au passage… Nous ne voudrions pas passer sous silence la sortie de la deuxième saison de Reign. Entre les pestes de cour et la peste tout court, les amours contrariés, et les intrigues à tout va, la check liste scénaristique satisfera clairement les fans.

Dérivé d’un épisode important dans l’univers post Dark Knight de Batman (et donc appartenant à une veine nettement plus sombre), The Killing Joke se voit ici assez librement adapté. Beaucoup de fans ont hurlé au blasphème, nous n’ions pas jusque-là… mais notons malgré tout que ce film d’animation ne figure pas parmi les meilleurs produits de ces dernières années.

 



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire