Olivier, plombier, favorable à un régime de retraite « pour tout le monde »



Alors qu’une manifestation interprofessionnelle se profile le 5 décembre contre la réforme des retraites, franceinfo vous propose une série de portraits de Français face à leur retraite. Jeudi, Olivier Beurton, plombier, qui souhaite un régime de retraite unique pour tout le monde.

« Un robinet bain douche pour une cliente… » : Olivier Beurton farfouille dans sa caisse à outils. « Il faut un stock de choses très variées pour faire face à différentes situations », sourit-il. À 58 ans, Olivier est plombier, chauffagiste, électricien. En bref, il est artisan, à la tête d’une petite entreprise de plomberie depuis 16 ans, dans le 14e arrondissement de Paris, et emploie deux personnes.

Mais Olivier n’a pas fait ce métier toute sa vie. Ancien cadre dans de grandes entreprises, il a effectué une reconversion professionnelle à l’âge de 41 ans. « L’activité que je fais là maintenant depuis 16 ans me permet d’avoir des revenus aux alentours de 80 000 euros net par an », précise-t-il.

Olivier partira à la retraite dans quatre ans. Quelle pension touchera-t-il ? « Je n’ai aucune idée du montant, je ne sais pas calculer, je ne sais pas à quoi je m’attends », répond l’artisan. « L’idéal pour moi, ce serait que tout soit simple, c’est-à-dire qu’il n’y ait qu’une seule entité qui permette de gérer la totalité des choses. Aujourd’hui, si je fais le compte, je m’adresserai à quatre ou cinq entités différentes. La multiplicité de ces systèmes fait que je n’y vois absolument rien ! Je souhaite qu’on arrête d’avoir ces régimes spéciaux, des héritages du passé, de luttes sociales, de tout ce qu’on veut, mais surtout qui créent aujourd’hui des inégalités très fortes. »

L’actuelle réforme des retraites concernant les artisans prévoit une augmentation des taux de cotisation. Jusqu’ici, chaque profession avait son taux de cotisation retraite. 18% pour les infirmières libérales, 25% pour les artisans et 20% pour les experts comptables. À l’avenir, il y aura un seul taux : 28%, le même que celui des salariés. Sauf que pour eux, une grande partie de la cotisation est payée par l’employeur.

Olivier l’admet, ça ne l’arrange pas, « en revanche, je trouve que c’est de la logique et de l’équité sociale ». Même chose pour l’âge légal de départ à la retraite, que le gouvernement souhaite repousser. « Pour moi la retraite est dans quatre ans, en revanche je comprends qu’il y ait besoin d’accompagner l’allongement de la vie, parce qu’effectivement, plus on vit longtemps, plus il va falloir payer des gens à la retraite. »

Le plombier milite pour le régime général, que l’on supprime les régimes spéciaux. Ce qu’il souhaite, c’est un régime « pour tout le monde, qui sache se financer et qui soit pérenne, et non pas quelque chose qui tombe en quenouille tous les 5 ans et qui génère autant de frustrations. »

La réforme des retraites vue par un artisan plombier chauffagiste – Reportage de Benjamin Illy


Tous les jours jusqu’à la journée de grève du 5 décembre, franceinfo va à la rencontre de Français pour les entendre et comprendre à travers leurs témoignages les enjeux de la réforme des retraites et ses implications futures. 
 Dominique, caissière : « Je ne me vois pas travailler plus longtemps mais je sais que je vais être obligée de le faire » 
 Marie et Quentin, étudiants : « La retraite, ça ne donne pas envie, c’est vraiment la dernière étape avant le décès ! » 
 Alexandre, danseur : « On a des limites physiques » 

 Olivier, plombier : « L’idéal, pour moi, ce serait que tout soit simple »



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire