Ian Mahinmi ne veut pas croire à « la fin de l’histoire »



Déjà en difficulté la saison passée, le doyen des Bleus en NBA n’avait disputé que 34 matchs, la faute à une blessure au pouce, mais surtout aux choix de Scott Brooks qui lui préférait Thomas Bryant. Cet été, c’est encore le physique de l’intérieur français qui ne l’a pas épargné mais Ian Mahinmi est déterminé à prouver qu’il a encore de la gomme, lui qui est actuellement en fin de son contrat à 64 millions de dollars sur quatre ans signé en 2016.

« Ça ne peut pas être la fin de l’histoire », assure-t-il à NBC Sports Washington. « J’ai toujours voulu être une pièce importante de ce puzzle donc dans mon esprit, il y reste encore beaucoup de chapitres à écrire. » 

Actuellement à l’entraînement avec l’équipe de G-League des Wizards, le Français peut avoir une carte à jouer en défense, un secteur où Washington pèche terriblement, comme l’illustrent les 114 points sur 100 possessions concédés chaque soir, le 28e ratio de la ligue. « Je suis le gars qui veut être le pilier la défense et qui comprend les principes défensives. C’est ce que je suis et c’est ce que je peux faire », poursuit-il.

A condition que son tendon d’Achille le laisse tranquille…



A lire aussi

Laisser un commentaire