la fille d’une victime de violences conjugales témoigne dans un documentaire



Les enfants de femmes battues sont des rescapés. Ils ont assisté à des scènes de violences psychiques et physiques, et pendant longtemps personne ne s’est posé de questions sur ce qu’ils ressentaient face à de tels actes. Les séquelles sont lourdes et parfois même irréversibles. Plusieurs enfants de victimes, devenus jeunes adultes, ont accepté de témoigner, dans Enfants de femmes battues, les oubliés, un documentaire réalisé par Géraldine Levasseur, présenté par Marie Drucker, mardi 26 novembre à 23 heures, dans « Infrarouge » sur France 2.

« Il ne se gênait pas pour la frapper alors que j’étais là, raconte Séphora dans cet extrait, il lui donnait des coups partout où il pouvait sur son corps ». Séphora est l’aînée de quatre enfants et la terreur a toujours envahi sa vie. Sous ses yeux, sa mère a été frappée, insultée, humiliée, jusqu’au jour où, pour ne pas mourir, elle a tué son mari.  

A Saint-Quentin (Yvelines), à l’intérieur du foyer, Kenny, Mélia et Louna, ont vécu une violence allant crescendo : d’abord une violence psychologique invisible, puis les coups, subis par leur mère, jusqu’au meurtre, quand Bernadette a voulu divorcer après vingt-quatre ans de mariage. Cette fratrie de trois enfants raconte ce qu’ils ont vécu durant ces années et les dégâts multiples qu’ont entraînés ces violences sur eux. « Je suis toujours dans la mort, dans la violence », avoue Kenny, des sanglots dans la voix. « Il nous a tués aussi », réalise Mélia.



A lire aussi

Laisser un commentaire