Inquiétant dans le jeu, Russell Westbrook n’est pas inquiet…


Il semble à côté de l’équipe depuis le début de saison. Russell Westbrook n’est clairement pas à sa place dans cette équipe de Houston, et il fait ses matches sans jamais vraiment impliquer les autres. Il s’emporte même pour un rien. Clairement, il y a de la frustration. Sa première mi-temps face à Dallas était un bon résumé de la situation.

Lorsqu’on regarde uniquement les stats, on peut penser qu’il a fait son match. Sauf que c’est lorsque Houston lui a donné les clés de l’attaque que Dallas a pris le large. Ce que confirme d’ailleurs son +/- du soir : -23 !

Certes, il a apporté de l’énergie et du rythme entre la fin du troisième quart-temps et le début du quatrième, pour permettre à Houston de revenir à deux possessions. Mais il a encore forcé en fin de match, alors que James Harden était isolé par les prises à deux incessantes des Mavericks, Luka Doncic finissant le travail.

Dans le vestiaire, difficile de lui tirer les vers du nez après son match à 27 points à 8 sur 20 aux tirs. Pour lui, le problème est d’abord défensif à cause d’un « manque de communication ». En attaque, c’est encore une phase de rodage et il sait que James Harden et lui trouveront des automatismes. Il répond par des phrases courtes. Il fait répéter les questions. Il demande la date du prochain match. Et puis finalement, il sourit car ce qu’il a vu face à Dallas est… « encourageant » car l’équipe a su remonter un gros écart.

« J’adore ça car ça montre le caractère de notre équipe. On sait toujours que les difficultés et l’adversité font mal, et il faut voir ce que ça donne. Donc je suis très réconforté et pas inquiet le moins du monde. »

Ce sera sa réponse la plus longue dans le vestiaire, et pourtant il y a de quoi être inquiet. C’est la troisième défaite de suite de Houston, et au niveau du jeu, c’est vraiment médiocre. Avec Chris Paul, il y avait de l’organisation, et un peu de jeu placé. Là, c’est le désert… Heureusement que James Harden tient la baraque, que P.J. Tucker se sacrifie pour trois en défense, et que Clint Capela ramasse toutes les miettes. Car le reste est vraiment faiblard, et ce Russell Westbrook-là n’apporte pas grand-chose.

C’est même à se demander si le souci n’est pas physique. On sait que son genou n’est pas à 100%, et il n’a plus cette explosivité pour aller au rebond ou perforer la défense. Il rate même des layups très faciles. Et c’est tout son jeu qui en prend un coup. Sans oublier qu’il ne peut pas jouer sans ballon, et comme James Harden est à ses côtés, il va bien falloir que Mike D’Antoni trouve une méthode pour tirer les meilleurs des deux…



A lire aussi

Laisser un commentaire